Le Parlement a adopté hier un projet de loi portant sur la création du National Agricultural Products Regulatory Office (NAPRO) au sein du ministère de l’Agro-industrie. Le texte de loi présenté par le ministre de tutelle Satish Faugoo. Ce bureau assurera désormais les pouvoirs et fonctions du Tea Board et du Tobacco Board ainsi que les fonctions régulatrices de la Meat Authority.
Pour Satish Faugoo, la création du NAPRO s’inscrit dans le cadre du processus de réforme initié par son ministère. Il est en ligne avec l’engagement pris dans le programme gouvernemental 2012-2015 afin d’entreprendre la rationalisation des corps para-étatiques et des entreprises sous le contrôle de l’État afin d’améliorer leur efficacité en termes de coût et de qualité de service, et d’optimiser les ressources.
Le ministre a soutenu que la préparation de cette législation a pris en compte l’expérience acquise dans le cadre de la création de la Mauritius Cane Industry Authority qui regroupe six services providing institutions dans le secteur cannier. C’est le même esprit qui a gouverné la création de NAPRO.
Selon Satish Faugoo, le secteur agricole doit faire face à des défis sans précédents tant sur le plan international que régional de manière à maintenir sa compétitivité, sa viabilité et sa durabilité. « We have no alternative than to adapt, modernize and professionalise the sectors. It is now recognized by all that the only thing that is constant is change. This Government, conscious of the compelling need to change and to adapt in view of the challenges on the international scene, is acting proactively », a-t-il dit.
Le ministre a expliqué que le Tea Board, le Tobacco Board et la Mauritius Meat Authority avaient été créés dans un contexte particulier en vue de donner un nouvel élan à leurs secteurs respectifs. Depuis, les choses ont évolué de manière drastique au point où ils n’ont plus leur raison d’être aujourd’hui. Le NAPRO aura pour mission de contrôler l’importation, l’exportation, la production et la vente des produits contrôlés par le gouvernement à savoir la viande, les produits à base de viande, le thé et le tabac. En outre, il assurera le contrôle et la régularisation de la préparation, le traitement, l’empaquetage et la fabrication des produits ; la réglementation des activités et des locaux utilisés pour l’abattage des animaux ; la détermination du prix auquel des feuilles vertes et des feuilles de tabac pourraient être vendues par les cultivateurs aux producteurs, et les métayers aux cultivateurs.
Il est revenu à la députée Maya Hanoomanjee de donner la réplique au ministre de l’Agro-industrie.