Le Local Government (Amendment) Bill a été adopté par l’Assemblée nationale hier après-midi. Lors de sa présentation en deuxième lecture, le ministre des Administrations régionales, Anwar Husnoo, a annoncé la tenue des élections municipales pour cette année, tout en soulignant que le texte de loi donne la possibilité désormais pour les présidents ou membres d’institutions financées par l’État d’être candidats et la conservation de son siège pour tout conseiller expulsé de son parti. Commentant le projet de loi, le leader de l’opposition y a simplement vu une « autre occasion ratée » et « des amendements cosmétiques ». Le chef de file du PTr, Shakeel Mohamed, a, avec beaucoup de véhémence, rejoint Paul Bérenger en lançant : « Where do we see autonomy in this Bill ? » Il y a davantage vu une « autocratie » qu’une « démocratie ».