90 % des touristes optent pour le « all-inclusive package », a déclaré le ministre du Tourisme et des Loisirs, Michaël Sik Yuen, en réponse à une question supplémentaire au parlement cet après-midi. Plus tôt, le ministre devait préciser que les touristes qui font le choix de la destination Maurice selon la formule all-inclusive sont encouragés à sortir de leur hôtel pour découvrir d’autres aspects du pays.
Répondant à une question de la députée Maya Hanoomanjee sur la politique du gouvernement par rapport aux pratiques des hôtels qui offrent des all-inclusive packages aux touristes, le ministre du Tourisme a précisé qu’il s’agit d’un phénomène grandissant dans le secteur touristique à travers le monde. Ce système obéit à la demande du marché et Maurice n’en est pas épargné, poursuit-il.
Michaël Sik Yuen observe que cette tendance découle de la pratique des tour-opérateurs des pays qui constituent nos principaux marchés et que les hôteliers n’y opèrent pas vraiment de contrôle. Il observe que les principaux compétiteurs de Maurice, tels les Maldives ou les Seychelles, proposent aussi ce genre de produits.
Michaël Sik Yuen affirme que la destination ne peut échapper au système surtout lorsqu’il s’agit de certains segments du marché comme ceux qui sont en lune de miel, les golfeurs ou encore les MICE. Il ajoute que les hôtels proposent quand même des formules flexibles : « bed and breakfast, half board, full board, or a completely all-inclusive portfolio, as the situation may warrant ».
Selon le ministre, des initiatives sont mises en place afin que les touristes quittent les hôtels pour découvrir d’autres lieux du pays. Un exemple cité : « le développement d’un parcours patrimoine à travers la capitale et le mise en place des panneaux signalétiques pour guider les touristes à travers le pays. »
De plus, le produit a été étoffé sur le temps avec une série de propositions allant de la plongée sous-marine aux parcours de découverte à l’intérieur du pays. « However, we have no control over the ultimate choice of the customer which has to be valued and respected, if Mauritius is to remain a competitive destination », soutient le ministre du Tourisme.
Il tient à rassurer l’Assemblée nationale que des réunions régulières ont lieu avec les partenaires du tourisme dans le but de s’assurer que la compétitivité de la destination n’est pas à risque et que l’industrie s’oriente vers la croissance.
Michaël Sik Yuen rappelle que le gouvernement, comme énoncé dans son programme 2012-2015, ambitionne de développer le secteur touristique en amenant « more visitors from more countries and more spending per tourist and more tourism products ».