Pas moins de 20 voitures pour les ministres en deux ans et trois voitures en trois ans pour Navin Ramgoolam entre 2010, 2011 et 2013 au temps où il avait pour ministre des Finances Pravind Jugnauth. Véritable passe d’armes entre ex-mam, mardi dernier, à l’Assemblée nationale. C’est, en effet, son ancien collègue Alain Wong que le leader de l’opposition a choisi de cibler pour sa Private Notice Question axée sur la lutte contre la pauvreté et l’efficacité de la National Empowerment Foundation (NEF). Mal préparé, le ministre de l’Intégration sociale a eu bien du mal à contrer les assauts de son ancien leader qui était visiblement sorti pour porter l’estocade à celui que le PMSD estime avoir trahi les siens. Les échanges ont porté sur les actions concrètes initiées par la NEF pour lutter efficacement contre la pauvreté. Le ministre a essayé de noyer ses réponses dans une longue introduction qui a eu le don d’énerver Xavier Duval et même la présidente de séance, Maya Hanoomanjee, qui l’a invité à s’attarder plutôt sur les clarifications à apporter aux questions qui lui étaient posées.
Si le leader de l’opposition a déposé un document tendant à démontrer la lenteur et l’absence de résultats de la NEF qui, a-t-il affirmé, n’a rien construit depuis deux ans, le ministre, lui, a tenu à rappeler que Xavier Duval a lui-même été ministre de l’Intégration sociale et qu’en son temps, il n’avait réussi qu’à ériger 58 résidences pour les plus démunis. Un chiffre que le principal visé a rejeté en soutenant que le nombre est de 1 400.
Echanges également sur la superficie des maisons destinées aux pauvres avec le leader de l’opposition qui a déploré qu’elles ne soient toujours que de 40 mètres carrés au lieu des 60 promis, tandis que le ministre a, lui, avancé que ces maisonnettes seront de bien plus que 40 M2. Cette tranche a aussi permis à Xavier Duval de basculer sur Alvaro Sobrinho et de répliquer que « it is very well to take Mr Sobrinho to visit Royal Park but this also is important ».
Massage, réfrigérateur, DVD
Un peu plus humoristique, la Prime Minister’s Question Time, dont le coup d’envoi a été donné par Aadil Ameer Meea, lequel a obtenu une précision de Pravind Jugnauth dà l’effet que le promoteur Neotown a réclamé des dommages à l’Etat – sans toutefois donner les chiffres – suivant l’annulation du projet aux Salines et a ajouté que cette affaire fait actuellement l’objet d’un arbitrage. 
La question de Reza Uteem sur les voitures qui allait détendre l’atmosphère, même si certains n’étaient pas du tout contents d’apprendre qu’en deux ans le gouvernement a acheté pas moins de 20 voitures, dont celle du Premier ministre, au coût de Rs 19 millions hors taxe, arrivée en novembre 2016, à la veille de la transition au poste de chef de gouvernement.
S’il n’a pas révélé le coût total de ces acquisitions, ni confirmé que la berline qu’il utilise dispose de siège massant, d’un réfrigérateur et d’un lecteur DVD, comme suggéré par Reza Uteem, il a profité d’une question que l’on appelle « arrangée » dans le jargon parlementaire de son collègue fraîchement nommé Chief Whip, Maneesh Gobin, pour régler un compte avec Navin Ramgoolam. Et alors qu’il n’avait pas d’autre réponse, celle-là était toute prête.
Ainsi, dans sa réponse, il a indiqué que l’ancien Premier ministre a acheté une BMW 660i le 30 juin 2010 pour Rs 19 millions, une Mercedes S 600 le 12 avril 2011 pour Rs 20 millions et une BMW 600 le 20 décembre 2013 pour Rs 23 millions, soit un total de Rs 62 millions. Maneesh Gobin n’a pas eu d’autres questions, comme celle de savoir qui était ministre des Finances de mai 2010 à juillet 2011, période couvrant l’achat d’au moins deux de ses cylindrées. Il aurait ainsi su qu’il s’agissait d’un certain Pravind Jugnauth…
Le député travailliste Ezra Jhuboo a bien joué le coup aussi puisqu’il est parti du Waterpark pour atterrir au Duty Free Paradise. Sa question initiale portait sur les déboires de Rakesh Rughoobeer qui avait été renvoyé devant un comité disciplinaire par le Sugar Investment Trust pour organisation de paris illégaux sur son lieu de travail et qui avait conclu éventuellement un accord avec son employeur. Au député qui légitimement voulait savoir comment expliquer une telle situation, le ministre Mahen Seeruttun a répondu que la boutique hors taxes n’est pas de son ressort.
Puisque c’était un peu la séance des chiffres, Nando Bodha a annoncé, en réponse à une question d’Aadil Ameer Meea, que le projet Métro Express a déjà englouti Rs 597 millions depuis son lancement et qu’une somme de Rs 25 millions était à mettre au compte de l’actuel gouvernement.
La licence avant, les règlements après
Après des échanges éclairants sur le projet d’Ivan Collendavelloo de privatiser la gestion de la CWA sur une période définie suscités par une question de Reza Uteem, ce dernier a ensuite croisé le fer avec Sudhir Sesungkur sur l’affaire Sobrinho et les bénéficiaires d’une Investment Banking Licence. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le ministre des Services financiers a été bien incapable de répondre avec précision aux questions supplémentaires du député du MMM sur le fait qu’une licence ait été octroyée à Sobrinho le 25 novembre 2016, alors que ce n’est que le 9 décembre que les Regulations sur ce permis ont été promulgués.
Pas plus rassurantes les réponses de Sudhir Sesungkur sur le second bénéficiaire de la Investment Banking Licence De Vere qui serait l’objet de multiples enquêtes en Afrique du Sud, à Hong Kong et au Japon. Le ministre a indiqué qu’il ne s’agissait pas de la même compagnie, mais Reza Uteem lui a alors demandé comment expliquer que le représentant de De Vere ait écrit à la FSC le 8 mars pour se justifier. En référence à une accusation de Ponzi opéré avec la compagnie Belvédère. Rien du ministre.
Le Parlement s’est ensuite engagé dans une succession d’interventions sur le Land Drainage Authority Bill qui a duré plusieurs heures pour se terminer vers 23h30.