En réponse à une interpellation du député MMM Adil Ameer Meea à l’examen en comité du budget en début de soirée hier, le ministre du Logement et des Terres a déclaré que le projet Land Administration, Valuation and Management Information System serait complété début 2012. Abu Kasenally a aussi répondu pendant une heure à d’autres questions des députés de l’opposition.
« Il y a eu un certain retard dans le projet Land Administration, Valuation and Management Information System (LAVIMS) », a avoué Abu Kasenally. Le ministre du Logement et des Terres a expliqué qu’une centaine de propriétés additionnelles ont dû être prises en considération, et ce outre le renforcement de la capacité technique au niveau du bureau du Registrar General afin de faciliter ce projet dont le coût est estimé à USD 19 millions.
À une question du député Rajesh Bhagwan sur le nombre de terrains de l’État n’ayant pas été développés, Abu Kasenally a répondu que toutes les informations à ce sujet seraient disponibles une fois la mise en oeuvre du projet LAVIMS. Le Whip de l’opposition a aussi voulu savoir si le ministre veillerait à ce que les terres de l’État identifiées pour certains projets soient entretenues. M. Kasenally lui a répondu par l’affirmative.
Concernant une interpellation de Cehl Meah, député de la circonscription Port-Louis Maritime / Port-Louis Est, quant aux dispositions de l’allocation de coulage des dalles qui diminuent d’année en année passant de Rs 100 millions en 2011 à Rs 90 millions en 2012 et à Rs 80 millions en 2013, Abu Kasenally a soutenu que le projet est le « most successful » entrepris par son ministère. « C’est une question de demandes et d’offres si les allocations baissent », a répondu le député de la majorité, assurant le leader de la Fédération solidarité mauricien que des fonds additionnels seraient alloués au projet si le besoin se fait sentir. Et d’ajouter que la police et l’Independent Commission Against Corruption enquêtent sur des cas d’escroquerie.
Steve Obeegadoo, député et secrétaire général du MMM, a pour sa part réclamé des éclaircissements sur l’étude hydrographique menée par des scientifiques indiens dans les eaux territoriales de Maurice. Abu Kasenally a répondu que 18 études ont été complétées depuis 2006 et cinq cartes nautiques de Port-Louis, d’Agalega et de St-Brandon ont été produites. « Il nous reste à compléter l’étude de notre zone économique exclusive qui est très vaste », a expliqué le ministre du Logement et des Terres.