L’impact des “Smart Cities” sur la sécurité alimentaire sera minime, selon le vice-Premier ministre Ivan Collendavelloo, qui répondait à une question du député Osman Mohamed. Les conséquences seront identiques concernant la production de bagasse.
La création des “Smart Cities” va promouvoir l’utilisation d’énergie verte et renouvelable avec l’utilisation de panneaux photovoltaïques, entre autres, a ajouté le VPM, Ivan Collendavelloo. Le Board of Investment (BOI) a en effet émis des “letters of comfort” à sept promoteurs de “Smart Cities” selon les recommandations du Smart City Scheme. Dix projets de “Smart City” devraient ainsi voir le jour, incluant la Highlands Smart City et la Riche Terre Smart City (Jinfei).
Ivan Collendavelloo a précisé que des sept projets, trois ne seront pas bâtis sur des terres agricoles alors que les autres se trouvent sur 1 530 arpents de terres agricoles. Le ministre a indiqué d’autre part que la Highlands Smart City sera implémentée en plusieurs phases et sera bâtie sur quelque 2 180 arpents de terres vouées à la canne à sucre. À l’exception du projet de “Smart City” à Riche-Terre, où la terre était consacrée à l’agriculture, et qui a déjà été convertie dans le passé, toutes les autres “Smart Cities” concernent des terres vouées à la production de canne à sucre. L’impact sur la sécurité alimentaire sera par conséquent minime, estime Ivan Collendavelloo.
Les demandes de “land conversions permits” ont par ailleurs déjà été approuvées pour les sept projets de “Smart Cities” et celui de Highlands. Selon le VPM, la réduction dans la production de canne à sucre sera limitée à quelque 9 380 tonnes, ce qui représente 2,3% de la production totale annuelle. La production de bagasse sera également diminuée dans les mêmes proportions.