Le ministre de l’Agro-Industrie, Mahen Seeruttun, a, lors de son intervention dans le cadre des débats budgétaires, donné la garantie que le secteur sucrier survivrait à la crise. Il s’est réjoui de la décision du gouvernement concernant le paiement d’une compensation aux planteurs de canne à sucre en raison de la baisse du prix du sucre sur le marché européen, qui est passé de Rs 16 500 la tonne en 2005 à Rs 12 400 en 2014.
Selon Mahen Seeruttun, plusieurs petits planteurs découragés par la baisse de prix, les augmentations des coûts de production et le manque de main-d’oeuvre ont préféré abandonner la culture de la canne. Ce qui fait qu’une série de mesures a été annoncée pour les encourager à poursuivre cette activité. Ainsi, de nouvelles variétés de canne à meilleur rendement seront introduites et les résultats des recherches en cours pour l’amélioration de la culture de la canne seront suivis de près et vulgarisés auprès des petits planteurs. La technique de « zero budgeting farming » sans utilisation des pesticides, qui ne nécessite pas de gros investissements, sera encouragée et le gouvernement apportera son soutien à la production d’éthanol pour le marché local et pour l’exportation.
Des provisions budgétaires de plus de Rs 600 millions ont été faites pour permettre à d’autres planteurs de se joindre au Field Operations, Regrouping and Irrigation Programme (FORIP) afin d’augmenter leur production et de réduire les coûts. Le ministre de l’Agro-Industrie a également fait mention du rapport préliminaire de Landell Mills Consulting sur la restructuration de l’industrie cannière afin d’assurer sa pérennité, spécialement en vue de l’échéance de 2017 qui verra l’abolition complète des quotas sur le marché européen. Mahen Seeruttun a aussi déclaré que la culture des produits agricoles bio sera encouragée. De plus, les planteurs seront encouragés à adopter l’agriculture soutenable ou la culture des produits organiques, qui nécessitera une diminution graduelle, voire l’élimination complète de l’usage de fertilisants chimiques et autres pesticides dans la culture des fruits et des légumes.
Le ministre a également annoncé le lancement prochain du National Wholesale Market pour la vente à l’encan des fruits et des légumes. Il a aussi été question de l’abattoir central, qui sera reconstruit de manière à respecter les normes, et d’une campagne nationale de reboisement en vue de la restauration de nos forêts. Quelque 500 000 arbres seront plantés durant les cinq prochaines années, soit 100 000 arbres par an. Une nouvelle pépinière sera aménagée au sanctuaire d’oiseaux à l’Estuaire de Terre-Rouge et un Wetland Bill pour la protection des zones humides est en préparation. Un plan de gestion des îlots sera élaboré pour la conservation et la restauration de la biodiversité. De concert avec l’Aapravasi Ghat Trust Fund, le ministère de l’Agro-industrie compte remettre en valeur des ruines se trouvant sur l’île Plate datant de l’époque de l’arrivée de travailleurs engagés à Maurice.