— Alors, qu’est-ce que tu vas bien pouvoir dire cette fois-ci ?

— A propos de quoi ?

— Je te demande ce que tu vas dire maintenant que le gouvernement a pris sa décision.

— Tu veux parler de sa décision de faire rouler gratuitement le tram ?

— Je ne voulais pas parler de ça, mais admets qu’il a tenu parole, non.

— Pas faire riyé, do ?! D’abord le tram devait rouler en septembre, puis ça a été renvoyé à novembre et ce n’est que fin décembre qu’il a roulé. Il devait être gratuit pendant un mois, il ne le sera que pendant quinze jours ! Ça même tu appelles respecter sa parole ?

— Tu sais très bien qu’il y a eu un p’tit peu de retard dans les travaux, non ?

— Un p’tit peu de retard ! C’est comme ça que tu appelles un retard de plus de trois mois et demi ?

— Ce n’est pas de la faute du gouvernement si les travaux ont dépassé le calendrier fixé.

— Qui a établi le calendrier, si ce n’est pas le gouvernement ? C’est pas le PM qui l’avait dit dans la cérémonie de lancement ? C’est pas le même PM qui avait dit le jour de la cérémonie d’inauguration en septembre que le tram allait rouler en novembre ?

— Mais tu sais qu’il y a toujours des délais dans les constructions. Surtout les grandes constructions comme ça.

— Il ne fallait pas organiser des cérémonies fla-fla de premier coup de pioche, d’inauguration et des campagnes de communication alors que les travaux n’étaient pas fini. Ils ont fait tout ça pour embêter les gens pour les élections.

— Mais tu es en train de causer n’importe, encore une fois. Tu sais bien que le projet de Metro Express a été décidé depuis bien longtemps même. Tu ne te rappelles pas ?

— Je me rappelle surtout que le PTr avait dit qu’il allait faire le tram et que le MSM avait dit qu’il était contre le projet. Mais une fois que le MSM est arrivé au gouvernement, il a fait le contraire de ce qu’il avait dit et lancé le projet Metro Express. Ça aussi ça s’appelle respecter sa parole, selon toi ?

— Ayo, tu me fatigues avec tes soi-disant causé foutant !

— Où tu vois du foutant dedans : je t’ai juste posé une question !

— Écoute-moi un coup, oublions la politique et pensons au pays ?

— Tu vois le MSM penser aux intérêts du pays ou à celui de parents, familles, copains, copines, alliés et partisans politiques avec les nominations depuis les élections.

— Tu vois comme tu es ? Je suis en train de te parler de l’utilité du tram et toi tu me parles de nominations !

— Mais tu sais très bien que tout ça est lié à une manière de faire, de diriger le pays pour le profit d’un clan.

— Ayo, arrête un coup de répéter ce que l’opposition dit et pense un peu par toi-même, foutour va ! Est-ce qu’il ne fallait pas trouver une solution pour l’embouteillage permanent qu’il y a dans les villes ?

— Tu crois que le tram va régler le problème des embouteillages ? Au contraire, il va l’augmenter.

— Attends que les travaux du tronçon Curepipe/Vacoas/ Quatre-Bornes soient finis et tu seras bien déconcertée par le résultat, je te dis.

— On n’a pas besoin d’attendre deux ans pour les résultats. On n’a qu’à regarder ce qui se passe actuellement à RoseHill et à Beau-Bassin.

— Qu’est-ce qui se passe comme ça là-bas, selon toi ?

— Un mari super embouteillage. Maintenant pour aller à RoseHill et les alentours en sortant d’Ebène, il faut descendre la rue Vandermeersch, tourner à gauche dans une rue étroite à Beau-Bassin pour ensuite déboucher sur la route Royale. Tu te rencontres des bouchons que cela cause et c’est ça même que tu appelles diminuer les embouteillages dans les villes, toi

— Ecoute, il faut bien casser des œufs pour faire une omelette, pas vrai

— En tout cas, on a cassé beaucoup d’œufs sans réussir à faire une omelette ! Je te signale que nous sommes en décembre et que les écoles, les collèges et certains bureaux sont fermés. Déjà le tram augmente les embouteillages. Imagine un peu la pagaille qu’il y aura quand tout ce beau monde va se retrouver sur les routes en janvier !

— Ecoute le gouvernement a assumé ses responsabilités, lui.

— Tu parles ! Quand les Italiens ont refusé de donner le certificat de sécurité pour le métro, il a cassé leur contrat pour se tourner vers une compagnie de Singapour !

— Ayo, ce n’est pas la peine de discuter avec toi, tu es de trop mauvaise foi. D’ailleurs, ce n’est pas du métro que je voulais te parler, mais d’une autre décision, une bonne décision du gouvernement.

— Laquelle ?

— Il a levé l’interdiction d’abattre les chauves-souris pour protéger les récoltes de litchis et de mangues.

— Dis-moi un coup : tu essaies de faire ta comique, là ?

— Pourquoi tu dis ça ? Tu ne savais pas que le gouvernement avait levé l’interdiction ?

— Mais je savais très bien.

— Ne me dis pas que ce n’est pas une bonne décision, tout de même.

— Je te dis que c’est une bonne décision, mais prise trop tard.

— Pourquoi tu dis ça ?

— Parce que le gouvernement a pris la décision après que les chauves-souris aient fini la moitié de la récolte. C’est comme pour le tram, c’est après avoir installé les panneaux de signalisation qu’on commence à expliquer aux automobilistes comment les utiliser !