L’évêque de Port-Louis était au Prime Minister’s Office (PMO) hier matin pour remettre une copie de sa lettre pastorale axée sur la famille au Premier ministre, sir Anerood Jugnauth (SAJ). Dans ce document présenté à la presse lundi dernier, Mgr Maurice Piat exprime le souhait du diocèse de Port-Louis « d’ouvrir des passerelles de dialogue et de collaboration avec l’État sur des dossiers précis concernant la famille ». Selon nos renseignements, ce tête-à-tête entre le chef du gouvernement et celui de l’église catholique a permis « de voir comment concrétiser ce désir de partenariat ».
La lettre pastorale de 2015, intitulée “Familles, Dieu vous aime”, aborde des questions d’intérêt commun, notamment le logement social, l’échec scolaire au primaire et le combat contre la drogue. Dans ce document, Mgr Maurice Piat interpelle le nouveau gouvernement sur ces questions et y exprime la volonté de l’église catholique de collaborer sur des projets visant le bien-être des familles. Lors de sa conférence de presse de lundi dernier, l’évêque de Port-Louis avait déclaré qu’il ne tarderait pas à solliciter un rendez-vous avec les nouveaux dirigeants pour en discuter. D’où la rencontre d’hier matin avec le Premier ministre. Cette rencontre au sommet s’est déroulée loin des caméras de presse et, selon nos renseignements, il a surtout été question des types de collaboration possibles dans le respect des paramètres dans lesquels chaque partenaire doit fonctionner. À l’évêché, on fait remarquer aussi que Mgr Piat était absent du pays au moment de l’installation du nouveau gouvernement issu du scrutin du 10 décembre dernier et que la remise d’une copie de la lettre pastorale en main propre était une manière pour lui de saluer sir Anerood Jugnauth.
Rappelons qu’au début de l’année scolaire, l’évêque de Port-Louis, accompagné de la directrice du Bureau de l’éducation catholique (BEC), Gilberte Chung, avait rencontré la nouvelle ministre de l’Éducation, Leela Devi Dookun, pour renouveler le partenariat entre l’Église et l’État dans ce secteur. Par ailleurs, les contacts se multiplient depuis le début de l’année entre des représentants de l’église et des membres du gouvernement. Jean-Maurice Labour, vicaire général et responsable du dossier Agalega, a rencontré Prem Koonjoo, ministre de l’Économie océanique, des Ressources marines, de la Pêche, des Services maritimes et des Îles éparses. « Je lui ai remis un dossier complet sur Agalega et je me suis particulièrement attardé sur la question de l’éducation au primaire dans l’île. Tout est à revoir si on veut sincèrement que les enfants agaléens progressent et cela me semble une priorité en ce début d’année », a déclaré le père Labour.
Pour sa part, le père Jean-Claude Véder, directeur de l’Institut Cardinal Jean Margéot et vicaire dominical de la paroisse Saint-Sacrement de Cassis, et des laïcs engagés de cette paroisse ont organisé une réunion avec tous les députés de la circonscription N° 1 (Grande-Rivière Nord-Ouest/Port-Louis Ouest) afin de faire un suivi des problèmes touchant cette région de la capitale, qui avaient été abordés pendant la campagne électorale. « Les paroissiens ont beaucoup apprécié les rencontres politiques qui ont eu lieu pendant la campagne et ont souhaité que nous gardions contact avec les députés. Nous avons ainsi pris l’engagement de les rencontrer tous les six mois », souligne le père Véder. Lors de cette dernière rencontre à Cassis durant la dernière semaine de janvier, un dossier de doléances sur les problèmes de logement, la situation dans les écoles ZEP et l’alcool et autres fléaux sociaux avait été remis aux députés présents.