Maurice occupe une position avantageuse pour faciliter et intensifier les échanges commerciaux et les investissements entre l’Inde et l’Afrique. C’est ce qu’ont soutenu hier la plupart des intervenants lors de la première session du forum organisé par l’India Mauritius Trade and Cultural Friendship Forum (IMTCFF) à l’hôtel Intercontinental, Balaclava. « Le potentiel est énorme, mais les défis le sont également », a indiqué Sunil Benimadhu, Chief Executive de la Stock Exchange of Mauritius Ltd (SEM), alors qu’il concluait sa présentation sur les opportunités offertes par les marchés de capitaux dans le sillage de l’accord signé la veille avec la Bombay Stock Exchange (BSE).
Animée par Sunil Benimadhu, Ashish Chauhan, CEO de la BSE, Azim Currimjee, président de la MCCI, Ken Poonoosamy, Managing Director du Board of Investment, et Mahesh Munjal, Managing Director de la firme indienne Majestic Ltd (Hero), la première session du forum, qui avait pour modérateur Raj Makoond, CEO de Business Mauritius, était axée sur le thème « India and Mauritius : structuring a new vision to enhance trade, industries, financial services and investment ». Les intervenants ont été unanimes à reconnaître qu’il fallait élaborer des stratégies en vue d’assurer un positionnement efficace de Maurice entre les pays affichant l’un des plus forts taux de croissance économique au monde et un continent qui, ces dernières années, a affiché une croissance des plus élevées.
Les échanges commerciaux entre l’Inde et l’Afrique, a indiqué Ken Poonoosamy, sont estimés à environ USD 73 milliards, dont USD 33 milliards d’exportations par la Grande Péninsule. Le Managing Director du BoI est d’avis qu’il faut mettre davantage en valeur, auprès des opérateurs économiques indiens, les capacités du port franc mauricien comme plateforme pour les exportations vers la région. Grâce à l’appartenance de Maurice à des blocs économiques régionaux, les entreprises passant par notre port franc pour exporter vers l’Afrique peuvent bénéficier d’exemptions au niveau des tarifs douaniers.
Azim Currimjee est d’avis qu’il faut se concentrer sur le développement d’une chaîne d’approvisionnement régional. Il y a, selon lui, des building blocks qui sont graduellement mis en place et le dernier en date est la création d’un corridor aérien entre l’Asie et l’Afrique. Des initiatives sont par ailleurs annoncées pour améliorer la connectivité maritime et le développement portuaire. Le président de la MCCI a fait état du projet de transformation de Port-Louis en un hub pétrolier, spécialement pour les activités de bunkering. Ce développement, estime-t-il, pourrait intéresser les opérateurs économiques indiens. Azim Currimjee pense que Maurice peut devenir un centre de développement des compétences avec des orientations africaines.