Le président du Parti travailliste a indiqué au Mauricien que les membres du parti ont pris connaissance du projet de loi sur l’avortement et que chacun réfléchit de son côté avant de se concerter. « Nous communiquerons sur notre position après concertation », a dit Patrick Assirvaden. Lors de sa conférence de presse hebdomadaire samedi à Port-Louis, le Ptr a aussi soutenu que « l’économie demeure au centre du projet gouvernemental pour la société ». Il estime d’ailleurs que le Mouvement militant mauricien est entré dans un état d’esprit pour se débarrasser du Mouvement socialiste militant avec l’ex-président de la République sir Anerood Jugnauth qui est un « poids lourd ».
Patrick Assirvaden a observé que la rentrée parlementaire s’est très bien passée pour la majorité. Alors que l’opposition prévoyait qu’elle serait chaude, il n’en a rien été, soutient le président du Ptr. Il rappelle que le Premier ministre Navin Ramgoolam « a répondu à deux PQs dans la transparence, avec calme, et a été convaincant. Il a joué le jeu de la démocratie à fond ».
Pour le président du Ptr, tout ce que l’opposition avance est fondé sur « des rumeurs ». « Pendan dezan, linn (Ndlr : Paul Bérenger) Premier ministre, linn leader l’opposition pandan 40 ans ek zordi li baz li lor rimer pou pose PNQ. Nou trouv sa dezolan », affirme-t-il.
Patrick Assirvaden déplore que « le leader de l’opposition préconise le démantèlement de toutes les institutions de la République ». Après « l’alliance MedPoint II et après s’en être pris à la police, à l’ICAC, au DPP et à la commission électorale, il s’en prend aujourd’hui au Speaker de l’Assemblée nationale », dit-il.
Le président du Ptr soutient que l’économie demeure au centre du projet gouvernemental. Dans cette optique, Patrick Assirvaden note que des projets de loi importants sont pris à l’Assemblée nationale. Parmi : le Sugar Insurance Fund Amendment Bill qui concerne 22 000 petits planteurs et le University of Mascareignes Bill sur lequel les débats se poursuivent. Il fait aussi état de l’institution de deux commissions concernant le Sale by Levy et la diffusion du projet de loi sur l’avortement. « Nous condamnons l’absence de l’opposition. Elle fuit devant ses responsabilités. La population l’a envoyée au parlement pour poser des questions ; elle n’assure pas au moment où des discussions sur des réformes et sur l’économie ont lieu. Pour nous, c’est le pays qui passe avant tout », fait-t-il ressortir.
Commentant la relation entre le MMM et le MSM, Patrick Assirvaden estime que « comme prévu, la sortie de sir Anerood Jugnauth a été un véritable flop ». Selon lui, toutes les rencontres ne se résument qu’à des « bring and share ». « Li kler ki SAJ ine depase, inn esoufle. Kouma noun dir, mayonez Anerood Jugnauth pa finn pran, linn tom dan la vilgarite. So la hainn kont Premie minis inn fer ki, parski li oule sov so garcon, linn tomb dan la bassesse. »
Autre point avancé : « L’accord MedPoint II ». « Linn rant dan ICU », estime le président du Ptr, poursuivant qu’il est clair qu’il n’y a aucune entente entre les membres des deux partis que ce soit à l’intérieur ou hors du parlement. La dernière « preuve » en date, selon Patrick Assirvaden, est « veto ki Anerood Jugnauth inn met lor propozisyon Bérenger pou prezant Alan Ganoo kouma vice-Premie minis ». « La demande de Paul Bérenger d’ouvrir une enquête sur le trafic de Bois de rose est encore une preuve que la relation entre les deux partis va mal », avance M. Assirvaden.