Suite à un article en ligne publié sur le site de BBC Earth le 29 juin dernier, sous le titre “The only dodo fossil site is getting a hotel right next door”, Currimjee Hospitality Management, dans un communiqué émis hier, annonce qu’elle a logé officiellement une plainte auprès de la corporation britannique de radiotélévision. La firme mauricienne accuse la BBC de « partialité ».
« Currimjee Hospitality Management (CHM) prend contact avec la BBC pour loger une plainte en bonne et due forme par rapport au contenu de l’article paru sur son site qu’il juge “biased”et “one-sided” », annonce CHM à travers un communiqué émis hier. Celui-ci concerne un article paru sur le site de la BBC la veille sous la signature de Colin Barras et qui a pour titre : “The only dodo fossil site is getting a hotel right next door”.
Dans cet article, Colin Barras s’appuie entre autres sur le témoignage du scientifique Kenneth Rijsdijk de l’université d’Amsterdam, aux Pays-Bas, qui a effectué des fouilles archéologiques à Mare-aux-Songes. Le scientifique s’alarme que les fossiles du dodo de Mare-aux-Songes soient menacés de dégradation et de disparition à cause du projet hôtelier du Groupe Currimjee Jeewanjee non loin du site. « The Mare-aux-Songes fossil site is a unique portal into the island of Mauritius’ remote past », explique le journaliste britannique.
CHM s’indigne que cet article de la BBC ne prenne pas en considération les réponses qu’elle a envoyées à Colin Barras suite à sa demande. La firme mauricienne soutient que l’article omet d’annoncer, d’une part, que le projet a obtenu le “clearance” du National Ramsar Committee en juin 2014. « On ne dit pas non plus que ce sont des scientifiques reconnus qui ont travaillé sur l’Environment Impact Assessment (EIA) de 2013 et qu’aucune plainte n’a été enregistrée contre cet EIA quand il fut dans le domaine public », souligne CHM.
Ce dernier s’offusque également que l’article ne mentionne pas que la nouvelle route d’accès a obtenu le “clearance” de toutes les autorités compétentes et « qu’aucune objection n’a été signalée pendant sa construction ». « M. Rijsdijk, dont les propos se contredisent, était l’un des consultants d’Omnicane pour le Dodo Park planifié au milieu même de la Mare-aux-Songes », souligne le communiqué.
CHM déplore que Colin Barras ne se réfère pas non plus aux raisons pour lesquelles le premier rapport sur le Cultural Heritage Impact a été rejeté. « L’article omet en outre de faire état de toutes les mesures que nous avons prises et continuons de prendre pour faire de ce projet durable une référence dans le secteur hôtelier », avance CHM.
Notons toutefois que dans son article, le journaliste britannique rapporte les propos des représentants de CHM. Colin Barras invoque que selon Currimjee Jeewanjee & Co Ltd, « le projet (d’hôtel) sera une bénédiction pour la communauté ». Est également cité qu’un porte-parole de la compagnie a confié à la BBC Earth que « selon les plans, le bâtiment de l’hôtel sera construit à plusieurs centaines de mètres de Mare-aux-Songes et qu’une route d’accès a déjà été construite, passant à 36 mètres du site ».
Colin Barras ne manque cependant pas de relever que Kenneth Rijsdijk et l’Ong Dodo Alive affirment que « other proposed buildings in the area are not so far enough away to guarantee the safety of the fossils ». Dodo Alive regroupe des scienfiques mauriciens et étrangers ayant travaillé sur les fouilles archéologiques de Mare-aux-Songes.