Le Reform Party a, vendredi, dans le cadre de la partielle à Belle-Rose /Quatre-Bornes, tenu son premier meeting à La louise durant lequel le leader de l’opposition a été pris pour cible par Roshi Bhadain. Lequel qualifie Xavier Duval de “traître” et fustige sa stratégie de campagne “communaliste scientifique.” Il s’est attardé sur sa collaboration avec le leader du PMSD tout juste après sa démission du Parlement: “Xavier venait souvent chez moi et on avait cette envie commune de faire tomber ce gouvernement pourri.” Et d’ajouter “Ki monn fer sa boug-là?” La raison avancée par Roshi Bhadain: “Li ti pe fer deal ar Arvind Boolell.” Cet épisode, selon lui, a mis au jour “le vrai visage de XLD.”
Roshi Bhadain a aussi passé en revue les différents scandales impliquant les membres du gouvernement. Estimant que “les scandales et frasques” n’en finissent plus depuis son départ du gouvernement. “Le régime en place n’a jamais eu à coeur l’intérêt du peuple. Zot la ziss pou cokin ek rempli zot poss”, a-t-il poursuivi. Il est notamment  revenu sur l’affaire impliquant la Mauritius Duty Free Paradise (MDFP) et “la mairie de Quatre-Bornes avec son  approvisionnement en biscuits Esko.” Face à cette situation, Roshi Bhadain affirme que son équipe et lui travaillent actuellement sur un manifeste électoral “kot pou ena konsiltasion avek lepep avan.”
“Une vraie charcuterie routière”
Sur le projet Metro Express, l’ancien ministre de la Bonne Gouvernance déplore que tout le réseau routier de la ville sera chambardé et qu’un danger d’asphyxie routière guette Quatre-Bornes. “Li pou enn veritab lenfer pou zott et kan nou trov la grotte, kalimaye ek parcour jogging Roland Armand pou kraze, mo demann moi kifer gouvernema pann reponn mo bann kestions dan parlema, lor plan réel ena pou la ville des fleurs.” Roshi Bhadain va plus loin et prédit “une vraie charcuterie routière.”
Le leader du Reform Party signifie son intention, “dès mon arrivée au pouvoir”, de mettre de l’ordre au niveau de l’Independent Commission Against Corruption (ICAC), qu’il qualifie de “pourriture”, et dénonce avec fermeté son rôle dans “des prises de position malsaines.” Il exhorte cette institution à enquêter sur “l’affaire macaroni marocain”, impliquant son adversaire du PTr, Arvind Boolell, et profite de l’occasion pour rappeler à l’assistance que “ce dernier n’a rien fait pour le développement du pays durant son mandat de ministre. »
Pour finir, Roshi Bhadain annonce que “les adhérents travaillent sur une liste potentielle de 100 candidats pour les prochaines élections législatives”, annonçant  dans le sillage que “nou na pa pou fer lalians ar personn.” Intérrogé à la fin du meeting, Jason Soobrayen, membre du parti, a confirmé les propos de son leader sur le financement du parti. “Oui, c’est nous qui contribuons tous les mois et nous refuserons d’être des esclaves des gros paltos maintenant et dans le futur.”