Le dépouillement des bulletins de vote pour les quatre sièges de l’Assemblée Régionale de Rodrigues à pourvoir à Baie-aux-Huîtres (N°4) et Grande-Montagne (N°6) dans les élections partielles d’hier a été expéditif. Ce matin, en moins de 90 minutes, les urnes ont rendu leur verdict, soit un match nul électoral sur toute la ligne. Le Front Patriotique Rodriguais (FPR) de l’ancien chef commissaire Johnson Roussety et le Mouvement Rodriguais du ministre de Rodrigues Nicolas Von Mally se renvoient dos à dos, chaque formation politique remportant deux sièges.
L’Organisation du Peuple Rodriguais (OPR), elle, se félicite du fait que son mot d’ordre d’abstention a été suivi par les électeurs de ces deux régions, vu le taux élevé de 57,6 %. Il n’était donc guère étonnant, à la mi-journée, de voir les partisans de ces trois formations politiques manifester leur joie ou encore participer à des défilés dans les principales artères de l’île. La cérémonie de prestation de serment des nouveaux membres de l’Assemblée régionale devra se dérouler le mardi 26, date de la prochaine séance de cette instance.
Si ces élections partielles ne résoudront aucunement l’équation politique à Rodrigues, avec deux des trois partis, l’OPR et le FPR, réclamant la dissolution immédiate de l’ARR pour des élections anticipées avant la présentation du prochain budget en septembre 2011, elles ont porté aux fonts baptismaux politiques le FPR de Johnson Roussety, parti né de la dissidence du MR, avec la démission du leader en tant que chef commissaire. En alignant quatre candidats dans ces deux régions réputées pour être le fief de l’OPR de Serge Clair, Johnson Roussety jouait gros, avec le risque d’une élimination pure et simple de la scène électorale.
En faisant élire Jean Alex Flore et Johnny Raffaut dans la région de Baie-aux-Huîtres devant le tandem présenté par le MR, Johnson Roussety a apporté une légitimité politique au FPR, qui en est encore à travailler sur le terrain pour y consolider ses assises. Cette victoire au N°4, qui a apporté un soupçon de suspense à une joute électorale sans passion, a également pour effet d’apporter, aux yeux du leader du FPR, un cinglant démenti aux propos tenus par le leader du MR Nicolas Von Mally le jour du vote, à l’effet que « des candidats indépendants allaient réaliser de meilleurs scores que ceux du FPR ». Quant au déroulement de la campagne de la région de Grande-Montagne (N°6), où le taux d’abstention était plus élevé le jour du scrutin, le FPR savait que la partie était moins jouable qu’à Baie-aux-Huîtres. La proclamation des résultats est venue confirmer ce que prévoyait Johnson Roussety en privé pendant la campagne.