Si la situation au niveau des réservoirs demeure pour l’heure confortable, au-devant de l’alerte rouge qu’affichent nos nappes phréatiques, la Central Water Authority (CWA) a décidé, en fin de semaine, de revoir le régime de distribution d’eau pour les basses Plaines Wilhems et la côte Ouest. Ces régions seront alimentées une seule fois par jour, entre 5h et 10h et entre 14h et 22h, respectivement. Parallèlement, certaines régions de Rivière Noire et d’autres de Port-Louis, situées en hauteur et qui ne perçoivent pas l’eau en raison de leur topographie, seront alimentées par des camions citernes.
Alors que 70% des abonnés de la CWA, habitant le Nord, l’Est et le Sud perçoivent l’eau 24h/7, les régions de l’Ouest et des Plaines Wilhems, elles, sont affectées par des coupures d’eau. Un régime drastique qui exaspère les abonnés, qui, semaine après semaine, manifestent leur irritation en descendant dans les rues ou à travers les médias. Une situation qui risque de durer longtemps encore avec la décision de la CWA, la semaine dernière, après une réunion de haute instance, de revoir son régime de distribution d’eau pour les régions des basses Plaines Wilhems et de la côte Ouest.
Ainsi, à partir de demain – au lieu de deux fois par jour entre 4h et 9h et entre 16h et 21h, les quartiers des basses Plaines Wilhems, alimentés par le réservoir de Stanley, Hollyrood et Pierrefonds, précisément les faubourgs de Rose-Hill incluant Stanley et Plaisance, ainsi que Rose-Hill, Beau-Bassin, Coromandel, Roches Brunes, Mont Roches et Camp Levieux, ne recevront l’eau qu’une seule fois par jour. Le robinet dans ces régions coulera uniquement entre 5h et 10h quotidiennement. Le même régime sera appliqué pour les régions de la côte Ouest, alimentées principalement par le réservoir Bois Puant. Dans ces quartiers, le robinet coulera entre 14h et 22h chaque jour.
À la CWA, on explique que cette décision a été prise afin de préserver le maximum d’eau pour cette période sèche en vue de s’assurer d’une distribution à tous les abonnés. « Certes, la situation dans nos réservoirs est plus ou moins confortable. Mais la météo annonçant les prochaines grosses pluies pour mi-décembre, nous devons prendre des précautions dès maintenant », indique le président du board de la CWA, Prem Saddul. Il souligne qu’actuellement, une baisse de 50% a été notée au niveau des nappes phréatiques, dont celles d’Hollyrood et Trianon, qui aliment 80% des abonnés des basses Plaines Wilhems et de la côte Ouest. « Tenant compte du fait que sur le tronçon des basses Plaines Wilhems, entre Candos et Grande Rivière Nord Ouest, il  n’y a pas de rivières et que ces régions – même si nous prenons 20 % sur le réseau de Mare aux Vacoas – sont principalement desservies par les nappes phréatiques sont en alerte rouge, nous devons être vigilants », dit-il.
D’où le changement du régime de distribution dans ces régions. De même, les six emergency cells mises en place sont sur le pied d’alerte 24h/7 pour toutes les régions où la distribution d’eau sera irrégulière. La CWA s’est également assurée que certaines régions, qualifiées de hot spots en raison de leur topologie – situées en hauteur, soient alimentées par des camions citernes. Cela concerne notamment les quartiers de Rivière Noire et certaines régions de Port-Louis, plus précisément Tranquebar, Vallée des Prêtres et Vallée Pitot.
Le pays devant être arrosé par quelques petites averses, ces prochains jours, selon les prévisions de la météo, même si le mois d’octobre est considéré comme le mois le plus sec, la CWA invite la population à faire du water harvesting. Elle déplore, parallèlement, le gaspillage d’eau effectué par certains abonnés et compte intensifier ses campagnes de sensibilisation pour un usage judicieux de l’eau par les Mauriciens. « Nous devrions prendre exemple sur les Rodriguais et apprendre à nous servir de l’eau de façon raisonnable, d’après nos besoins et non d’après nos envies », plaide Prem Saddul.