Raksheet Haulkory et Yogesh Sunoo représenteront Maurice et la région océan Indien à la finale mondiale du Partners in Learning Global Forum du 7 au 10 novembre à Washington D. C aux États-Unis. Ils ont été désignés par un jury composé d’un panel international d’experts en éducation lors d’un concours destiné aux enseignants du Moyen-Orient et de l’Afrique subsaharienne, organisé samedi en Jordanie.
Les deux Mauriciens, Raksheet Haulkory et Yogesh Sunoo, ont pris l’avion la semaine dernière pour Aqaba en Jordanie en compagnie des deux enseignantes Lalita Aworer et Joyce Arekion pour défendre les couleurs de la région océan indien au concours régional de la firme Microsoft. Trois autres enseignants – deux des Seychelles (Farana Commettant et Rachel Lionnet) et une de Madagascar (Lala Rivosoa Razafinjatovo) – ont aussi fait parti de la délégation qui représentait l’océan Indien au Middle East and Africa Partners in Learning Forum. Cet événement a réuni plus de 200 enseignants, chefs d’établissement, juges et autres professionnels de l’éducation de plus de 25 pays régionaux. Les participants ont été sélectionnés lors de précédents concours au niveau national.
Lancé en 2003, le Microsoft Partners in Learning Forum récompense les enseignants les plus innovants faisant usage de la technologie informatique efficacement et faisant montre de créativité au plan pédagogique pour améliorer l’apprentissage des élèves. James Bernard, directeur international du Partners in Learning, explique que le concours a pour objectif de mettre en valeur les efforts des enseignants qui « contribuent de manière remarquable, par le biais de la technologie, à la transformation du système éducatif qui permet de mieux impliquer les jeunes et d’améliorer l’efficacité de l’enseignement en classe ».
Raksheet Haulkory, enseignant au DAV College, a présenté le projet « A totally Quality Management Approach in pedagogy : A novel approach in teaching : Economic impacts of conservation or Exploitation of Economic Resources ». Objectif : sensibiliser le public sur un éventail de sujets alarmants comme les problèmes environnementaux (incluant le réchauffement climatique), les problèmes de santé (incluant le VIH/Sida) et la récession par le biais du Web 2.0 (les blogs et la plateforme YouTube). Grâce à son projet, les élèves de son collège ont pu prendre connaissance des divers styles d’apprentissage – le Visuel, l’Auditif et la Kinesthésique (VAK) – et les technologies qui rendent l’apprentissage plus amusant. Les jeunes ont ainsi choisi leurs styles d’apprentissage pour la présentation de leur projet selon les trois méthodes apprises.
Yogesh Sunoo du Abdool R. Mohamed State Secondary School (SSS) a lui présenté le « Looking at “modernization” through our senses- VAK (Visual, Auditory, Kinesthetic) Project ». Son projet vise à inciter les élèves à être des apprenants « actifs et dynamiques dans leur étude sur les impacts économiques de la conservation et de l’exploitation des ressources économiques du pays ». Les élèves de ce collège ont ainsi créé un forum de discussion sur le réseau social Facebook et sur les téléphones mobiles, le logiciel Songsmith et un site internet pour faciliter les échanges. En outre, ils ont été encouragés à utiliser les stratégies d’enseignement comme le « scaffolding », l’apprentissage coopératif et le tutorat entre pairs (peer tutoring) pour l’apprentissage des différents concepts.
Les projets des deux enseignantes mauriciennes, qui ne se sont pas qualifiés pour la finale mondiale à Washington D.C, étaient  « Cross-Curricular Perspective of ICT » de Lalita Aworer de la Britania Government School et « Bridging Digital Divide » de Joyce Arekion du Lycée de Beau-Bassin.