L’Artelier accueille actuellement en exposition une quarantaine de photographie signées Éric Leclézio. Ce Monsieur qui semble-t-il aime autant manipuler les mots qu’appuyer sur le déclencheur publie également un livre intitulé La mer de mon île, dans lequel il raconte son amour indéfectible pour l’élément qui le fascine.
Ses mots enivrent au moins autant que le flux et le reflux des vagues, racontant sous la forme d’un texte fleuve le lien qu’Éric Leclézio entretient depuis toujours à cet élément si fondamental. Il évoque les anecdotes, les situations et la beauté du lagon avec parfois une certaine naïveté stylistique, d’autres fois de sympathiques trouvailles poétiques qui laissent croire en tout état de cause à l’authenticité du propos.
Les photographies démontrent que cette fascination tient souvent à la lumière et aux reflets que la mer réverbère, aux teintes qu’elle prend selon les heures du jour. Ces images étant présentées en pleine page sur un format à l’italienne, le lecteur peut s’émouvoir de la beauté des flots où se détachent souvent en théâtre d’ombres des silhouettes humaines, enfant ou adulte en train de pêcher, jouer ou se promener. Livre en vente à Rs 700 à l’Artelier Jan Maingard à Port-Louis, jusqu’à la fin de l’exposition le 14 août et au-delà, puis dans toutes les librairies. Deux photos d’Éric Leclézio sont également exposées à la galerie Hélène de Senneville à Pointe-aux-Canonniers tout le mois d’août.