La magistrate Dinya-Mooloo, siégeant en cour de Rose-Hill, a rayé la charge portée contre Vimal Sookaul, accusé d’avoir, avec un groupe de personnes, agressé un homme, lequel a ensuite perdu connaissance pendant 3 jours. La magistrate a trouvé que la version de la victime présumée et du témoin principal de la poursuite ne concordaient pas. De même, le formulaire 58 de la victime n’était pas recevable.
Vimal Sookaul était poursuivi en cour de Rose-Hill sous la charge de “Assault causing incapacity from personal labour for 20 days”. Il avait plaidé non coupable. Les faits se seraient produits le 29 mars 2011. Selon la version de la victime présumée, il retournait de chez lui lorsqu’il a aperçu son neveu en compagnie d’amis. Alors qu’il devait insister pour que son neveu rentre chez lui, l’accusé serait alors intervenu. La victime présumée lui avait alors répondu que le père du neveu lui avait demandé de « garder un oeil sur lui ». Mais quelque temps après l’altercation, alors qu’il se trouvait dans le rue, six personnes, incluant l’accusé, l’aurait tabassé jusqu’à ce que l’homme perde connaissance, état dans lequel il sera resté pendant trois jours.
Le témoin principal de la poursuite avait, elle, déclaré qu’elle avait entendu des bruits et était descendue dans la rue pour s’enquérir de la situation. Elle avait alors aperçu plusieurs personnes en train de s’en prendre à la présumée victime. Tout à coup, l’accusé lui aurait assené un coup de poing, après quoi la victime s’est écroulée avant d’être transportée à l’hôpital.
Dans son jugement, la magistrate a noté que la version de la présumée victime n’était « pas fiable ». Si celle-ci avait en effet indiqué que six personnes l’avaient passée à tabac, confirmant que l’accusé faisait partie des assaillants, elle n’a cependant pu expliquer qui avait fait quoi. La victime avait admis, dans son contre-interrogatoire, avoir porté plainte une vingtaine de jours après l’incident, expliquant qu’elle ne « se souvenait de rien ». Plus encore, la magistrate devait remettre en question le formulaire 58 de la victime qui, tout comme le temoin principal, avait affirmé avoir perdu connaissance pendant 3 jours et que les faits allégués remontaient au 29 mars 2011. Cependant, le formulaire 58 démontre que la victime avait été admise à l’hôpital le 3 avril. En prenant en considération ces points soulevés en cour, la magistrate a donc décidé d’abandonner la charge contre Vimal Sookaul.