La Communauté Évangélique d’Action Apostolique (CEVAA), aujourd’hui Communauté d’Églises en Mission, qui regroupe les églises de la réforme dans 37 pays, a débuté les célébrations de son 40e anniversaire fin octobre avec comme thème « La CEVAA : 40 ans de partage pour témoigner du Christ dans un monde en mutation » et slogan « CEVAA : va avec les forces que tu as ». Plusieurs dignitaires de la CEVAA dont son président, le Pasteur Taari Moreea, et son secrétaire général, le Pasteur Célestin Gb. Kiki, étaient à Maurice en marge du lancement de ces célébrations qui ont eu lieu en l’église presbytérienne St Jean, rue de la Poudrière, Port-Louis, où ces derniers ont été accueillis par le Modérateur de l’Église presbytérienne à Maurice, le Pasteur David White. Le Mauricien s’est entretenu avec le Pasteur France Cangy, membre du conseil exécutif de la CEVAA, pour en savoir plus sur cette instance internationale.
Pasteur France Cangy, vous êtes membre du Conseil Exécutif de la CEVAA. Cet organisme fête son 40e anniversaire. À cet effet, un service de culte spécial a été organisé à l’église presbytérienne St Jean à Port-Louis. Qu’est-ce que la CEVAA ?
La CEVAA, Communauté d’Église en mission, est née à Paris en 1971. Elle était alors connue comme « La Communauté Évangélique d’Action Apostolique ». Le nom a changé mais on a voulu garder le sigle CEVAA. Elle regroupe aujourd’hui 37 Églises protestantes implantées en Afrique, en Amérique Latine, en Europe, dans l’océan Indien et dans le Pacifique.
Depuis 1999, le siège social de la CEVAA est situé à Montpellier, dans les locaux de la Faculté de Théologie Protestante. Les diverses activités de la CEVAA s’axent principalement autour de l’échange de personnes, et des projets de réflexion théologique et de développement, initiés par les églises membres.
Par ailleurs, les projets sont avalisés par deux Coordinations qui se réunissent annuellement. Ces Coordinations sont composées de représentants des Églises membres.
À quarante ans, la CEVAA doit avoir un bilan. Parlez-nous-en…
Il est difficile ici de dresser un bilan de ces 40 dernières années. Il y aurait trop à dire. Permettez-moi de mentionner quelques réussites de la CEVAA : elle a soutenu beaucoup d’actions communes et de programmes missionnaires pour le témoignage et l’évangélisation des Églises membres ; elle a su partager des ressources humaines et matérielles en fonction de priorités décidées d’un commun accord ; elle a beaucoup éveillé les capacités créatrices des croyants et des croyantes par la formation et l’éducation communautaire ; elle a développé des réseaux de vigilance pour le respect des droits humains…
Une des grandes activités de ces dernières années est « la Caravane de femmes pour la paix », commencée à Bouznika, au Maroc en 2006, pour s’achever à Neuchâtel, en Suisse, en 2008. Des activités marquant cet événement ont été organisées par l’Église Presbytérienne de Maurice en mars et avril 2008.
Quel est le rapport entre la CEVAA et le mouvement oecuménique ?
La CEVAA est en elle-même un mouvement oecuménique. Même si les Églises membres de la CEVAA sont principalement issues de la tradition réformée, il existe en son sein des Églises luthériennes, évangéliques, méthodistes, etc.
La CEVAA collabore activement dans plusieurs domaines avec le CETA (Conseil des Églises de toute l’Afrique), le WCC (World Council of Churches) et d’autres organismes oecuméniques nationaux et internationaux.
Les valeurs de la CEVAA sont inscrites dans sa charte. Quelles sont ces valeurs ?
Nous appartenons à un monde de contraste et d’inégalité, capable du meilleur et du pire, en quête d’une unité toujours à trouver dans la diversité des langues, des cultures et des convictions humaines. L’Évangile de Jésus Christ est pour nous la source de vie qui nous permet d’aimer, de partager, de construire et de résister dans ce monde.
Par son Esprit, qui souffle où il veut, Dieu nous précède et nous appelle sur les routes humaines pour annoncer la Bonne Nouvelle aux pauvres et renvoyer les opprimés en liberté.
Nous croyons que tous, hommes et femmes, sont capables de participer pleinement à la vie et à la direction des églises, et appelés à s’engager dans le domaine social, culturel, politique et environnemental.
Nous sommes pour le respect des droits humains et contre toute forme d’oppression et de discrimination.
Concrètement, quelles sont les principaux axes de travail de la CEVAA ?
Grâce à la parole de Dieu, notre communauté d’action et de partage a depuis quarante années partagé ses ressources dans le but de renforcer les capacités de ses Églises membres à travers 1) l’animation théologique, une spécificité de la CEVAA qui aide à promouvoir une relation spécifique des Églises à l’Évangile dans sa puissance libératrice et dans son pouvoir de transformation. Bref, une façon très simple qui aide les gens à comprendre la Parole de Dieu et à la mettre en pratique dans leur communauté ; 2) les programmes et Projets missionnaires des églises membres ; 3) l’échange de personnes (l’envoi des personnes qualifiées pour des postes spécifiques au sein des églises membres) ; 4) la formation et le programme de bourses ; 5) la justice et le droit de la personne humaine ; 6) la communication.
En plus de ces axes traditionnels, la CEVAA est beaucoup engagée dans le dialogue interreligieux, la lutte contre le VIH/sida, l’accueil et l’accompagnement des migrants et les personnes déplacées, ainsi que dans le plaidoyer en faveur des migrants confrontés aux mesures restrictives dans les pays concernés.
Quelle place occupe la CEVAA à Maurice et dans l’océan Indien ?
L’Église Presbytérienne de Maurice est membre de la CEVAA depuis les années 1970. La CEVAA a collaboré avec l’Église dans les domaines de la formation, les rencontres internationales de jeunes et dans l’échange de personnes.
La plus grande Église membre de la CEVAA se trouve dans l’océan Indien, il s’agit de l’Église de Jésus-Christ à Madagascar (FJKM).
L’Église Protestante de la Réunion est la troisième église de l’océan Indien membre de la CEVAA.
Comment la CEVAA envisage-t-elle l’avenir ?
Sereinement ! Aujourd’hui comme hier, l’attente est toujours très forte de la part des églises dans la communauté de pouvoir vivre des relations de partage et d’échange.
Il nous faut revisiter les mots d’ordre déployés par la CEVAA dès sa naissance et qui correspondaient à son ambition théologique, ecclésiologique et sociopolitique : « Tout l’Évangile à tout l’Homme », « Redonner la parole au peuple de Dieu », « la Mission de partout vers partout ».
Tout en revisitant ce passé pour nous projeter dans l’avenir, il nous faut travailler à notre mission aujourd’hui.
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Message du président de la CEVAA