À la rentrée parlementaire, demain, la majorité sera confrontée à deux oppositions, « l’opposition légitime » du MMM et « l’opposition illégitime » du MSM. Propos de Patrick Assirvaden, président du Parti travailliste, lors d’une conférence de presse de l’Alliance de l’Avenir samedi dernier. « On aura une équipe cohérente et forte pour la rentrée parlementaire », dit-il.
Le gouvernement, dit Patrick Assirvaden, a une priorité, qui consiste à préparer le Budget 2012. Le GM, insiste-t-il, doit se concentrer sur les enjeux internationaux et sur le développement du pays. Fustigeant le MSM, Patrick Assirvaden trouve inacceptables les propos de certains membres de ce parti, tenus récemment lors d’une réunion à Highlands : « Li inacceptable bane propos pareil tenu par un parti ki se dit parti politik responsable, bane parlementaires ki tenir bane propos vulgaire à l’encontre bane membres du gouvernement. Des propos qui réduisent le MSM à ce qu’il vaut. » Il se demande quelle serait l’attitude des députés du MSM au parlement à la rentrée pour débattre d’un programme gouvernemental pour lequel ils ont fait campagne. À l’inverse, le président du Ptr s’est montré avenant envers le MMM, citant même des propos du leader mauve. « Comme l’a dit le leader du MMM, des années lumière séparent le MMM et le MSM. Les propos de Paul Bérenger sur ce sujet expriment le reflet de la pensée des militants, le fond de la pensée du MMM. »
Lindsay Morvan, directeur de communication du PMSD, a tenu à dénoncer la politique de l’opposition en vue de déstabiliser le gouvernement. Il soutient que l’opposition mène une campagne « zett labou » mais que les dénigrements ne porteront pas leurs fruits, car les chiffres sont là pour démontrer que le pays est sur la voie du progrès. « Le PMSD tiendra plusieurs réunions pour montrer le  bon travail de ceux qui veulent lutter contre la pauvreté tout en apportant des développements dans le pays dans un contexte économique mondial difficile ». Nita Deerpalsing, directrice de communication du Ptr, a fait appel aux institutions bancaires afin que les PME puissent avoir plus facilement accès à des sources de financement. « L’écart entre le taux d’intérêt et le taux d’épargne est trop grand », dit-elle, en demandant aux banques de revoir à la baisse leur taux d’intérêt pour les emprunts des PME. Répondant à une question de la presse, elle a affirmé que le Ptr sera présent à la rentrée parlementaire pour assumer ses responsabilités au niveau gouvernemental. « Nous avons encore quatre ans au gouvernement. La question d’une éventuelle alliance ne se pose pas, nous faisons notre travail. Notre priorité actuelle reste la présentation du Budget. »