« Nu ki ti pe touffé. Pendant quinze mois nu finn siffoké. Aujourd’hui, le départ du MSM du gouvernement marque un tournant permettant à l’Alliance de l’Avenir d’enfin mieux diriger le pays ». Propos de Patrick Assirvaden, président du PTr, lors d’une conférence de presse hier, aux côtés de Nita Deerpalsing et Lindsay Morvan, chargés de communication au sein respectivement du PTr et du PMSD. L’Alliance de l’Avenir, qui compte aujourd’hui le tandem PTr et PMSD, se dit confiante que la nouvelle équipe ministérielle, « dynamique » – avec notamment Xavier Duval aux commandes des Finances – constituée par le Premier ministre, Navin Ramgoolam et les nouveaux PPS, pourra désormais travailler « dans la sérénité » pour l’avancement du pays. Elle félicite d’ailleurs la bonne décision du Premier ministre de se défaire de Pravind Jugnauth, qui, dit-elle, « n’a pas hésité, alors que le monde entier traverse une crise financière, à hypothéquer l’avenir du pays, en solidarité avec son clan familial ».« Ladan, nu ki ti ena tort. Nu finn surévalué Pravind Jugnauth », concède Patrick Assirvaden. 
Aujourd’hui, selon le président du PTr, c’est la débandade au niveau du MSM. « Il est clair qu’il y a un sauve-qui-peut du MSM. Non seulement les députés qui sont restés avec Pravind Jugnauth sont frustrés, mais ils se disent aussi piégés. A cause de Pravind Jugnauth, à cause de Showkatally Soodhun », dit-il. Très critique envers le MSM, Patrick Assirvaden soutient que l’agenda du leader du MSM, avant même qu’il ne rentre au pays en catastrophe, était de« trahir ». « Trahir l’équipe gouvernementale, le programme, et le peuple », dit-il. Selon lui, » face à la défection des membres du MSM, le leader du parti est contraint de chercher secours auprès du leader du MMM, Paul Bérenger, pour rassurer ses membres et les députés qui restent ».
Revenant sur les évènements politiques survenus ces dernières semaines, Patrick Assirvaden fait ressortir que tout cela prouve combien le MSM a exercé une pression sur le gouvernement et sur Navin Ramgoolam. Et combien il a été question de chantage et de trahison. « Il n’y a pas d’autres mots pour décrire l’action de Pravind Jugnauth. C’est de l’escroquerie politique au grand jour », dit Patrick Assirvaden qui concède, par ailleurs, que « ladan, nu ki ti ena tort. Nu finn surévalué Pravind Jugnauth ».
« Le MSM, c’est de la bagasse »
Heureusement, dit-il, que le Pm n’a pas été dupe, et que le peuple a pu voir la valeur réelle de Pravind Jugnauth. Déplorant les propos du leader du MSM envers la nouvelle ministre de l’Égalité des genres, Mireille Martin, le président du PTr estime que « Pravind Jugnauth est tombé dans la bassesse. Soodhun a déteint sur lui. En disant que Mireille Martin est une députée vente à l’encan, il démontre combien il est lâche ». Selon lui, de tels propos démontrent la vision de Pravind Jugnauth alors même que l’Alliance de l’Avenir s’attèle à son engagement d’augmenter le nombre de femmes et de jeunes au Parlement. Les propos de Pravind Jugnauth donnent également une idée claire, dit-il « de combien à l’intérieur nu finn siffoké pendan 14 mois ». Et d’insister : « Kan noun gagn enn minis couma Soodhun, ki, en pliss ki li enn tret, pa finn hésiter pou ale coz menti l’ICAC lors PM, le pep conné ki kalité zot été. » Que fera le MSM désormais? s’interroge l’Alliance de l’Avenir : « Ils vont challenge le programme pour lequel le peuple nous a élus et les a élus? » Selon Patrick Assirvaden, les députés qui sont restés aux côtés de Pravind Jugnauth représentent un groupe qui n’a aucune moralité. « Aujourd’hui, comme l’a dit le Pm, le MSM c’est de la bagasse », dit-il. 
Navin Ramgoolam/Xavier Duval : une constance
Abordant la nomination du leader du PMSD en tant que ministre des Finances, Lindsay Morvan insiste qu’« il ne s’agit pas d’enn boutt, ou d’enn récompense. Cela marque la confiance de Navin Ramgoolam envers son allié, toujours solidaire à la vision du gouvernement ». Le chargé de communication des bleus rappelle que le tandem Navin Ramgoolam/Xavier Duval a toujours eu une constance non seulement amicale, mais qui partage aussi une même vision pour l’avancement du pays. Sous l’oeil approbateur de Nita Deerpalsing, Lindsay Morvan fait les éloges du nouveau Grand Argentier, assurant que sa formation, sa longue expérience et son parcours au sein de différents ministères, feront de Xavier Duval, un bon ministre des Finances. Idem pour Michaël Sik Yuen au Tourisme. Concernant la nomination de Mireille Martin à l’Égalité des Genres et d’Aurore Perraud en tant que PPS, Lindsay Morvan estime que « c’est une restauration de la justice. C’est un signal fort de la vision de Navin Ramgoolam de placer trois femmes dans une même circonscription et qu’elles soient toutes au Parlement »
« Bérenger, un échec permanent au gouvernement. »
S’attaquant au leader du MMM pour ses critiques envers la nomination de Xavier Duval aux Finances, Lindsay Morvan soutient que « Paul Bérenger se croit le seul dépositaire de la communauté créole à Maurice ». Selon lui, Paul Bérenger a été un échec permanent les rares fois où il a été au gouvernement dans sa carrière politique. Autrement, il a toujours été dans l’opposition, dit-il, rappelant que le peuple n’a rejeté pour choisir Navin Ramgoolam. Pour le PMSD, « de 2010 à 2011, couma dir finn mett enn frein à tous dévelopma ». « C’est la populasyon ki finn suffoké. Me zordi, nu pe pran enn vré départ pou assir l’avenir du pays »
Pour Nita Deerpalsing, « il ne faut pas oublier que le point central de toute cette affaire c’est l’enquête de l’ICAC sur MedPoint ». Aujourd’hui, le gouvernement prend un nouveau tournant, salutaire, et qui démontre l’importance de la lutte contre la population, dit-elle, ajoutant que le Pm et la population dans son ensemble souhaitent que toute la vérité dans l’affaire MedPoint éclate. Et d’ajouter : « Nous n’avons pas de doute que toute la population veillera à ce qu’il n’y ait pas, comme en Tunisie, un Ben Ali à la Mauricienne. »
Selon elle, c’est une tentative de diversion enclenchée par Pravind Jugnauth qui donne de faux espoir à ses députés alors que la population l’a condamné. « Avec toutes les bases du MSM qui tombent comme des jamalacs, bientôt le MSM ne sera qu’une poignée de gens au Parlement, représentant le family holding et le Trust », dit-elle. Et d’ajouter que les anciens ministres et PPS du MSM sont en train de réaliser qu’ils se sont laissés piéger dans l’intérêt d’une entreprise familiale. Nita Deerpalsing ne mâche pas ses mots envers Pravind Jugnauth qui a démontré, selon elle, « son irresponsabilité totale envers la population. A un moment où les premiers signes de la nouvelle crise pointent du nez, Pravind Jugnauth a, lui, montré que sa priorité était de sauver un membre du clan familial au lieu de sauver Maurice ». Elle se demande, quel souvenir aura la population des grandes actions entreprises par l’ancien ministre des Finances, entre mai 2010 à juillet 2011. « Il n’aura marqué l’esprit de la population qu’avec une signature, soit celle en date du 23 décembre 2010 », estime Nita Deerpalsing. Face à l’irresponsabilité de Pravind Jugnauth et sa tentative « foirée de déstabiliser le pays », le Premier ministre a pris la bonne décision en tant que vrai capitaine, dit-elle.  
Selon Nita Deerpalsing, ce chapitre « de cinéma politique avec l’irresponsabilité de Pravind Jugnauth » est derrière le gouvernement. « Aujourd’hui, c’est un nouvel élan, un nouveau dynamisme, et avec un nouvel esprit d’équipe et l’ambition to deliver que l’Alliance de l’Avenir avance. Une équipe qui inspire confiance avec Xavier Duval aux Finances et nous allons intensifier le travail pour transformer le pays », conclut-elle.