Sevré de victoires depuis le succès de Triad of Fortune lors de la 8e journée (23 mai), l’entraîneur Patrick Merven a retrouvé la winner’s enclosure avec Arctic Sun dans The Shree Property Holdings Cup (Benchmark 56), la première de Cédric Ségeon pour son établissement depuis son retour de suspension.
«Cela fait très plaisir de renouer avec le succès», dira d’emblée Patrick Merven à Turf Magazine.
Alors que Princeton avait échoué dans sa tentative dans la troisième course, c’est Arctic Sun qui a redonné le sourire à son entourage. «On avait un peu d’appréhension avec Arctic Sun surtout qu’il avait saigné à sa dernière sortie. On lui avait donné tout son temps pour bien se rétablir et il revenait après deux mois. J’avais demandé à Cédric de le maintenir au maximum derrière les meneurs et de prendre tout son temps, car on savait qu’avec le nombre limité de partants, il n’y n’aurait pas eu de traffic jam. Et Cédric a été patient et a fait une course formidable. Et son compagnon d’écurie C Major est venu compléter le tiercé. Quoi de mieux!» a souligné l’entraîneur. «Vu qu’il est un bleeder, on va devoir espacer ses courses maintenant afin qu’il ne rechute pas».
En revanche, l’entraîneur n’était pas trop content de la performance de Princeton, pourtant deuxième. «C’est une course imperdable», a-t-il déclaré. «Certes, Il était placé en queue du peloton, mais lorsque Pont d’avignon a commencé son accélération, il a surpris tous ses adversaires et nous a coupés dans notre action. S’il n’y avait pas eu cet incident, je pense que mon coursier l’aurait emporté».
Mais la satisfaction était de mise chez Merven car la plupart des chevaux ont ramené un chèque à l’écurie sauf Mister Brightside sur qui on fondait des espoirs. «Il a nous quelque peu déçus, mais c’était sa première course après sa castration. Cela peut expliquer sa mauvaise performance. Il est à revoir. Donnie Brasco a fait une rentrée prometteuse en prenant la quatrième place. En revanche, Gray’s Champ n’arrive pas à se retrouver en deux sorties. Don’t Say Don’t a été égal à lui-même et n’a pas à rougir de sa défaite, car il a été battu par un certain Elite Class. Quant à Fyrkat, il a pris une bonne deuxième place. Sur ce coursier aussi, j’avais demandé à mon jockey de se montrer patient. Il a eu des difficultés à trouver un passage, mais a quand même bien terminé».
Toujours ancré à la quatrième place au classement des entraîneurs, Patrick Merven est très conscient que la compétition est très rude. «Rien qu’à voir les vainqueurs de samedi dernier, on constate que les quatre premiers au classement n’ont rien laissé aux autres. Cela va être très difficile pour ceux se trouvant au bas du classement. Il n’y a pas un seul qui domine, il y a plusieurs vainqueurs et la suite de la saison va être très excitante», a souligné Patrick Merven.
Justement, en vue de ces échéances, l’entraîneur a fait l’acquisition de trois chevaux venant du yard de son voisin Shailesh Ramdin, appartenant à Paul Foo Kune. Mardi matin, Love Struck est venu rejoindre ses ex-compagnons d’écurie Eagle Award et Lake Geneva. «Ce n’est un secret pour personne qu’on n’avait pas acheté grand-chose à l’intersaison. L’occasion s’est présentée pour qu’on puisse acquérir ces trois chevaux et on en a profité. Love Struck sera d’une grande utilité pour nous, surtout pour le Barbé et pour la Coupe d’Or car on n’avait pas de partants possibles pour ces deux classiques. Donc, on pourra rivaliser avec les autres».
On ne pouvait pas quitter notre interlocuteur sans lui parler de l’association victorieuse de ses deux jockeys (Ségeon et Rama) avec l’entraîneur Ramapatee Gujadhur ces deux dernières semaines, dans la Duchesse et dans la 2e manche des 4-ans. «Je suis très content pour eux. On est comme une famille. Quand un des deux gagne et même si ce n’est pas sur un de nos chevaux, on est très heureux. La victoire dans la Duchesse a remonté le moral de Cédric qui avait passé par des moments difficiles. Quant à Swapneel, il est très régulier à l’entraînement et il a été récompensé pour cela», a-t-il conclu.