L’euphorie se poursuit du côté de Patrick Merven. Après avoir vu triompher son premier nouveau – Bono Vox – lors de la 14e journée, c’est cette fois The Tripster et Moi Power qui en ont profité pour ouvrir leur compteur au Champ de Mars, la cerise sur le gâteau étant sans aucun doute les débuts convaincants de James Winks, la nouvelle cravache de l’entraînement Merven.
Pourtant, rien ne laissait présager une si belle journée pour l’Australien, qui a paru complètement largué lors de ses deux premières montes, comme d’ailleurs souligné par son entraîneur sur la télévision nationale après son succès sur l’outsider The Tripster. « Je suis content pour James. La piste du Champ de Mars est assez tricky et il faut vraiment quelques courses pour s’adapter. Je pense que ça lui fera du bien d’avoir gagné dès sa première journée. Apres la première course, quand il est descendu de Big Lion, il m’a dit qu’il avait failli se retrouver de l’autre côté des barres (rires). C’était vraiment très serré. À partir de là, je pense qu’il avait une petite appréhension. Dans la deuxième course, il était complètement perdu. Enfin, c’est du moins mon avis. On va revoir tout ça avec lui. Automatiquement, il lui faudra un temps d’adaption et cette victoire ne peut que lui redonner confiance ».
L’Australien, que nous avons rencontré en fin d’après-midi samedi dernier, nous a ,en toute franchise, également confirmé les dires de son employeur. « It’s true that I needed the first two-three races to feel the track but after that I was ok. During the course of my career, I have ridden at Happy Valley in Hong Kong which can be a bit compared to the Champ de Mars although here it looks to be a bit tigher. Obviously, everyone needs fast horses and here more than ever. I’ve been lucky that my boss has prepared them very well for today. It was a very good day in the end for me. »
Et quid de son premier gagnant sur notre hippodrome? « The Tripster surprised me a bit. With his bad draw, he went straight to the front and held on till the end. He was doing good at track work but the bad draw was a bit of a concern for us. Anyway, we’re happy with the way he’s performed. He’s a nice horse and he’ll certainly improve ». Des progrès, Patrick Merven en attend certainement de son poulain, qui n’est pas encore à son meilleur niveau. « The Tripster est un bon cheval. Il travaillait très bien au training. Il a même fait un superbe barrier trial mais sa ligne nous gênait un peu. Il est toutefois sorti beaucoup mieux que l’on s’attendait. Il gagne avec la manière, ce qui est intéressant pour l’avenir. Dans le paddock on pouvait voir qu’il n’était pas à 100% mais je le répète, il travaillait très bien. C’est seulement sa ligne qui nous dérangeait quelque peu ». The Tripster est donc définitivement un compétiteur à retenir puisqu’il a bouclé les 1365m en 1’21”39s, ce qui constitue la meilleure marque de la division jusqu’ici.
« I’ve heard good and bad things about Mauritius… »
Comme l’appétit vient en mangeant, James Winks se retrouvait à nouveau dans la winner’s enclosure, cette fois par l’entremise de Moi Power, une autre nouvelle unité, dans The Sir Bede Clifford Cup, qui était par ailleurs sa dernière monte de la journée. «Moi Power was also doing well at track work. Since he had a better draw as compared to The Tripster, we liked him better but since it was my first day riding here, there was a bit of a doubt but he also won and everyone’s happy at the stable ». À
 en croire Patrick Merven, le feedback du cavalier australien semble avoir joué un rôle très important dans le premier succès de ce fils de Brave Tin Soldier.
« Mardi matin, James n’aimait pas du tout Moi Power, qui avait travaillé avec les oeillères. Il m’a dit qu’il fallait les enlever car le cheval lui donnait l’impression d’être un peu trop ardent avec cet harnachement. Jeudi matin, à l’heure des spurts, on l’a travaillé sans les oeillères et il m’a dit que cela allait beaucoup mieux. Ceci dit, vu que c’était sa première semaine, James était un peu perdu. Mais je dois dire qu’il a fait une très belle course. Quand Melson est passé devant lui, j’avais un petit doute mais quand il a décalé le cheval, j’ai recommencé à y croire.  C’est bien pour l’avenir. On a des propriétaires super qui se sont montrés très patients. Ils ont beaucoup investi pour l’acquisition des nouvelles unités et cela commence à payer. James est quelqu’un de très bien et c’est bien de travailler avec lui».
Avec un bilan de deux victoires et un placé pour son baptême du feu au Champ de Mars, force est de constater que l’aventure mauricienne a commencé sous les meilleurs auspices pour James Winks. De plus, avec la montée en puissance des nouvelles unités, l’entraînement Merven devrait connaître une deuxième partie de saison fort intéressante. L’Australien, qui a aussi chaussé les étriers à Hong Kong, au Singapour et en Malaisie, s’est dit tout heureux d’entamer cette nouvelle page de sa carrière. Mais comment donc s’est concrétisé sa venue sur notre turf? « I knew a litte bit about mauritian racing and I gladly accepted when Patrick made me the offer. I must admit I’ve heard good and bad things about Mauritius but I’m delighted to be here and riding winners. The atmosphere is crazy and I’m loving every minute of it ».  En s’illustrant sur deux outsiders lors de sa première journée de compétition, il ne fait aucun doute que James Winks se trouvera de nombreux partisans au Champ de Mars.