Les dirigeants des cinq clubs de voitures de collection que compte Maurice caressent le projet de se regrouper bientôt en une fédération. C’est ce qu’a annoncé au Mauricien, Gilbert Desveaux, initiateur du projet et ancien président du Morris Minor Club. À l’agenda de cette éventuelle fédération figurent un certain nombre de concessions que les membres se proposent de réclamer au gouvernement en vue de positionner le patrimoine automobile mauricien sur la carte du monde.
« Beaucoup de Mauriciens semblent l’ignorer, mais notre pays a une longue histoire avec les automobiles. Bon nombre conservent encore avec un soin particulier leur voiture qui date d’un certain temps et les maintiennent en parfait état de marche ! » explique d’emblée Gilbert Desveaux, initiateur du projet de fédération des clubs de voitures de collection et ancien président du Morris Minor Club.
Selon Gilbert Desveaux, l’île Maurice compte à ce jour quatre clubs de voitures historiques en pleine activité : le Volkswagen Family Club, le Classic and Vintage Car Club, le Morris Minor Club et le Dream Car Club. « Un cinquième club, le Mini Club, est en phase de formation ! » annonce-t-il.
Notre interlocuteur explique que cette éventuelle fédération aura entre autres pour objectif de réclamer des autorités un certain nombre de concessions. « L’idée n’est nullement de bénéficier de privilèges. il s’agit d’avoir un soutien de l’État qui a le devoir de nous aider à préserver notre patrimoine automobile pour les générations futures. On ne peut pas traiter les propriétaires de voitures historiques de collection de la même manière que ceux qui achètent une voiture neuve au 21e siècle », soutient M. Desveaux.
Que demandera la fédération au gouvernement ? « D’abord la gratuité de la “déclaration” (Road Tax) pour ceux qui possèdent une voiture ancienne datant de 1900 à 1990. Toutefois, ces propriétaires doivent obligatoirement être membres d’un des clubs de voitures de collection existants et être en règle avec la trésorerie de son club », explique Gilbert Desvaux. Dans ce contexte, il demande que les critères de la Federation of British Historic Vehicle Clubs (FBHVC) soient adoptés par les autorités mauriciennes pour le classement des voitures historiques. Cette fédération anglaise regroupe plus de 500 clubs. Selon les critères, les voitures datant de 1800 à 1930 sont des « Vintage Cars » et celles de 1930 à 1985 des « Classic Cars ».
Deuxièmement que la vérification technique (Fitness Test) des voitures de collection soit faite tous les ans, au lieu de tous les six mois. « Grâce à l’amour de leurs propriétaires, des voitures de collection sont en de bien meilleur état que des voitures neuves ! Pourquoi donc cette discrimination, d’autant que les voitures de collection font partie de notre patrimoine automobile », lance Gilbert Desveaux.
La troisième demande concerne la détaxe des pièces de rechange importées par les clubs dûment enregistrés auprès du Registrar of Association. Quatrième requête : Rs 5 000 pour l’enregistrement de toute voiture ancienne catégorisée comme « Vintage Car » ou  « Classic Cars » du moment que le nouveau propriétaire est membre d’un club.
« Voilà deux mesures concrètes pour préserver notre patrimoine automobile ! » s’enthousiasme Gilbert Desvaux.
Pour notre interlocuteur, la passion pour les voitures de collection ouvre bien des avenues. « Si le gouvernement encadre comme il faut les clubs de voitures de collection et leur donne le soutien nécessaire, l’on pourra en retour positionner Maurice sur la carte du patrimoine mondial de l’automobile. Nous avons déjà perdu de très nombreuses voitures que des étrangers ont achetées ! » regrette M. Desveaux. « En outre, des événements majeurs pourront être organisés à Maurice autour de ces voitures de collection et ainsi attirer un tourisme sélectif ! »