José Rose, porte-parole de l’association socioculturelle Rastafari, se dit révolté par la décision de détruire le bâtiment de l’ancienne prison de Port-Louis, situé rue La Poudrière, pour en faire un bureau. Très soucieux de la préservation du patrimoine de Maurice, il avait, il y a quelques années, suggéré que ce bâtiment soit restauré afin d’en faire un lieu dédié à l’Histoire. « Zedi matin monn gagn enn sok kan monn trouv seki pe arive. Monn konstate ki bann kontrakter inn vini pou detrir ansien batiman prizon Port-Louis. Zot inn met enn pano ki dir ki sa pou vinn enn biro ». Il se dit contre le fait que ce bâtiment disparaisse du paysage de la capitale. « Se bann kolon ki ti fer sa batiman la e mo pou al de lavan pou kontakte l’Unesco. Li pa normal ki zot pe asasinn nou patrimwan ». Notre interlocuteur compte contacter les autorités concernées pour tenter de préserver ce bâtiment qui, dit-il, raconte une partie de l’histoire de Maurice. « Il est hors de question de voir ce bâtiment disparaître. S’il le faut on rassemblera du monde et on se battra pour éviter de détruire cette ancienne prison ».