Avec l’inscription du geet gawai au patrimoine mondial de l’Unesco, le ministère des Arts et de la Culture et la Bhojpuri Speaking Union multiplient les initiatives afin de donner à cette tradition ancestrale un rayonnement international. Le Dr Nishi Gupta a animé, à cet effet, un atelier de travail de cinq jours à l’intention des geetharines des écoles de geet gawai.
Depuis l’ouverture de la première école en 2013 à Petit Raffray, des progrès notables ont été notés concernant la promotion de cet art folklorique et 23 écoles ont vu le jour à travers le pays accueillent les gens de différentes groupes d’âges et issus des milieux différents. Les chanteuses ont eu l’occasion de jauger de l’impact des chants bhojpuri à Bollywood.
Au cours de ces apprentissages oraux et de mémoire, le Dr Nishi Gupta a proposé un travail vocal plus approfondi dans une ambiance détendue et dynamique. L’improvisation, la maîtrise du souffle de la voix, les sonorités à adopter, l’homogénéité sont les sujets abordés par la vocaliste qui détient un doctorat de la Banaras Hindu University.
Le désir profond de ces geetharines à apprendre à réjouit le vice-président de la République, Barlen Vyapoory et le ministre des Arts et de la Culture, Pradeep Roopun, présents mercredi à la cérémonie de clôture au centre polyvalent de Plaine des Papayes.
Selon Barlen Vyapoory, il était nécessaire d’établir des passerelles dans le domaine de la formation afin d’assurer la pérennité de cette forme d’expression artistique. Le fait d’être classé au patrimoine culturel immatériel de l’Unesco donne l’opportunité aux amoureux de cette lanque de cimenter notre société pluriculturelle. Le bhojpuri est le langage du coeur et de l’esprit transmis de génération en génération et il est nécessaire d’assurer la promotion et la préservation des langues, sinon elles finiront par subir les même sort que le dodo. Les réalisateurs indiens ont toujours accordé une grande importance aux morceaux en bhojpuri depuis des années. Il a cité en exemple, le très écouté Hawa Mein Udhta Jaaye Mera Lal Dupatta de Barsaat.
Pradeep Roopun a quant à lui souligné que décembre 2016 restera gravé dans les mémoires car le yoga, dossier présenté par l’Inde et le geet gawai ont été classés au patrimoine culturel immatériel de l’Unesco. Il a présenté des certificats aux participants et a remis des shields au Dr Nishi Gupta et au joueur de tabla, Lalit Kumar. L’assistance a aussi eu droit à une prestation remarquable du Dr Nishi Gupta qui accompagnée de Lalit Kumar a interprété des morceaux classiques et également des evergreens en bhojpuri commes, Inhi Logon Ne De Pakeezah. Les geetharines ont émerveillé le public en reprenant en choeur les chants qu’elles ont composé avec la collaboration de la conférencière.
Le Dr Sarita Boodhoo et son infatigable head of Geet Gawai School et le personnel du BSU ont durant ces cinq jours donné un nouveau souffle au geet gawai.
Rappelons qu’une délégation de 22 personnes dirigée par Shiv Chandra Ram, le ministre des Arts et de la Culture de Bihar et Jai Kumar Singh, ministre des Industries de Bihar est attendue à Maurice  ce matin pour un programme organisé par la BSU.