Le comité consultatif, qui a réuni les représentants d’Aapravasi Ghat Trust Fund et des institutions concernées avec ceux des propriétaires, professionnels ou particuliers qui ont des activités aux abords du site et dans sa zone tampon, à la salle du conseil municipal de Port-Louis, a été particulièrement dense mardi dernier. Le nouveau Management Plan 2013/2018 y a été présenté dans les grandes lignes, de même que le centre d’interprétation qui devrait ouvrir ses portes en mars 2014. Cette réunion a aussi bien sûr permis d’échanger sur les contraintes et normes qu’imposent désormais les directives territoriales d’aménagement (Planning Policy Guidance — PPG) aux différents projets de développement envisagés dans la zone tampon.
Un nouveau plan de gestion à cinq ans, un centre d’interprétation dont l’ouverture se profile l’an prochain, une année prochaine prometteuse en célébrations grâce à la commémoration des 180 ans de l’engagisme, un bilan de fouilles archéologiques tout à fait concluant sont d’un côté les aspects saillants de la réunion du comité consultatif qui s’est réuni mardi dernier à la municipalité de Port-Louis. Dans le cadre du nouveau Management Plan, la décision de réunir ce comité une fois par an, à la date du 16 juillet, à l’occasion de l’anniversaire de l’inscription du site d’Aapravasi Ghat au patrimoine mondial, a été entérinée. Ouverte à toutes les institutions et entreprises présentes dans la zone tampon d’Aapravasi Ghat, cette réunion publique permet de présenter les grands axes d’activité de l’équipe d’Aapravasi Ghat, de faire le point sur l’avancement des projets et les stratégies mises en place, d’échanger aussi sur la gestion et les projets de développement dans la zone tampon où des normes architecturales sont en vigueur.
Le nouveau et deuxième Management Plan du site d’Aapravasi Ghat donne un cadre à toutes les activités afférentes au site. Mis en place pour cinq ans, de 2013 à 2018, il décrit l’approche adoptée dans la concertation pour gérer les biens patrimoniaux du site Unesco. Celle-ci vise notamment à renforcer l’équilibre entre la conservation de l’environnement historique, le rehaussement du caractère local et des aménagements du site classé et de ses environs, avec les besoins de développement dans la zone pour en faire un espace patrimonial vivant au service de la revitalisation de la capitale de Maurice. La valeur universelle du site, son intérêt pour l’humanité sont protégés dans leur authenticité et leur intégrité en même temps que le site est utilisé de manière viable et pérenne sur les plans spirituel et matériel.
Ces démarches nécessitent de rehausser le caractère unique des environs du site, en renforçant la gestion du patrimoine et de la conservation en interaction avec la communauté locale pour l’unité et l’identité nationales. Le Management Plan définit le cadre pour gérer et administrer le site classé de manière intégrée. Un comité est constitué pour veiller à sa mise en oeuvre. Environ 80 % du Management Plan précédent de 2006 a été réalisé, avec des évolutions notables dans le domaine de la législation. Un des effets bénéfiques à l’ensemble du pays, des initiatives prises ces dernières années est par exemple qu’un Artline Scheme est adopté cette année dans le plan directeur d’urbanisme pour toutes les villes mauriciennes… Téléchargeable sur le site internet d’Aapravasi Ghat, le nouveau document de cent-quatre-vingt-cinq pages a fixé treize objectifs à atteindre pour les cinq ans à venir ainsi que les activités qui permettront d’y parvenir.
Des objectifs et une vitrine
Il s’agit par exemple de définir une politique de conservation, de gestion, de guidance et de prévention des risques pour les biens liés au site et ses environs de la zone tampon, pour le centre d’interprétation et ses collections. Domaine où beaucoup reste à faire et où plusieurs organisations ne sont pas parvenues à mettre leur projets de développement aux normes définies par les Planning Policy Guidance, il faut consolider le cadre de travail pour conserver les différents éléments de patrimoine encore présents dans la zone tampon. Il s’agit d’encourager toute activité appropriée pour favoriser une régénération de tout ce quartier pérenne et respectueuse des valeurs patrimoniales, historiques et spirituelles du site et de la ville.
L’autre volet à développer consiste à mettre en place une stratégie pour attirer et satisfaire les visiteurs du site et de ses environs tout en minimisant l’impact du tourisme sur le site classé patrimoine mondial. Il est également question de promotion, de recherche multidisciplinaire, d’outils d’information, etc. Le but de ce document ainsi que d’une grande partie des activités de l’équipe d’Aapravasi Ghat en direction des nombreuses sociétés et organismes présents dans la zone est de donner un cadre, une voie à suivre aux investissements, conçue pour dynamiser le développement dans le respect du patrimoine et de la politique de la ville.
Le centre d’interprétation a quant à lui été conçu de sorte à la fois à respecter la justesse scientifique et répondre aux questions essentielles que le public pose le plus souvent. Cet espace d’exposition conçu avec le maximum d’interactivité s’appuiera fortement et en grande partie sur une iconographie nouvelle, encore jamais vue à Maurice. L’espace parlera par ses objets, son chantier de fouille à ciel ouvert, ses images et sa mise en scène, l’essentiel de l’information étant dispensée de manière synthétique sur des textes d’accompagnement en anglais et en français. Les bornes multimédias sont prévues pour ceux qui veulent en savoir plus et un niveau de lecture réservé aux enfants est bien sûr prévu. Tout cela montre comment ce pan fondamental de notre histoire fait sens dans la société d’aujourd’hui. Aussi, a-t-il été proposé aux personnes présentes dans la salle de se faire prendre en photographie pour entrer dans la collection des portraits de la population mauricienne actuelle qui fait partie de ce patrimoine tout comme ce patrimoine est une partie intégrante de notre vie de tous les jours, du moins devrait l’être davantage…