La Bibliothèque nationale (BN) a marqué d’une pierre blanche, le 20 octobre dernier, la mise en ligne de ce qui constitue désormais la bibliothèque électronique de Maurice. La BN mauricienne s’est, en effet, équipée du Greenstone digital library software, un logiciel qui lui permettra à terme de mettre en ligne toute la collection Mauritiana, qu’elle enrichit jour après jour des différentes publications sur papier ou sous forme de documents photographiques, sonores et audiovisuels qui sont produits sur notre pays. Ce logiciel a été produit par l’Université néo-zélandaise de Waikato, puis développé et distribué en coopération avec l’Unesco et l’ONG des Pays-Bas Human info.
La collection Mauritiana constitue la carte d’identité documentaire de l’île Maurice. Pour emprunter à la biologie, elle regroupe nos documents “indigènes”, ceux qui ont été générés sur notre pays et qui en font la spécificité. Aussi est-il du ressort et de la responsabilité de l’État d’en assurer la conservation dans les meilleures conditions et sa mise à la disposition du public. À l’instar du microfilmage qui demande maintenant à être numérisé, la numérisation de ce type de document permet d’en diminuer considérablement les manipulations, et donc d’assurer une plus longue vie aux documents d’origine. Alors qu’elle les préserve des manipulations, elle démultiplie leur accessibilité en ne les cantonnant plus seulement à l’implantation géographique de leur lieu d’archivage.
Leur reproduction étant consultable en ligne ou sous la forme d’un CD, tout document de la bibliothèque électronique peut être lu ou regardé à travers le monde par toute personne qui s’intéresse à notre pays, de manière relativement approfondie. Rappelons que toute personne qui édite un document écrit, sonore, visuel ou audiovisuel à Maurice est tenu d’en déposer six copies à la Bibliothèque nationale. Ce « dépôt légal », dans sa terminologie technique, permet à la BN d’avoir la collection la plus large de documents mauriciens. La numérisation évitera donc à terme à tous ceux qui souhaitent consulter ces documents de se déplacer à la BN, à Port-Louis, en personne… Il faut savoir que de nombreuses bibliothèques et des centres documentaires sont à travers le monde mis en ligne, comme c’est le cas de celle de l’Unesco, du projet Gutenberg, du projet Gallica de la BN française, du très vaste programme de numérisation de Google ou encore de celui de la bibliothèque du Congrès américain…