Un nouveau patrimoine architectural de Port-Louis a été réhabilité au Port Louis Waterfront. La State Property Development Company a investi Rs 10 millions pour remettre en état le bâtiment connu comme l’ancienne Custom House situé à côté du Moulin à Vent.
Les murs en pierre ont refait leur apparition à l’ancienne Custom House au Port Louis Waterfront. Ils avaient été recouverts d’une couche de chaux et de ciment par le passé. Les ouvriers ont eu recours à la technique connue comme le sun blasting pour redonner au bâtiment son cachet original.
L’ancienne Custom House retrouve ainsi sa place dans ce lieu hautement historique à proximité du Moulin à Vent (restauré en 1999) et à quelques pas de l’hôpital militaire. « Il s’agit d’un des premiers bâtiments construits à Port-Louis sous l’ère française. L’ancienne Custom House, tout comme le Moulin à Vent, se trouve en fait sur un immense corail. Le lieu était connu comme la Pointe-aux-Forges. Les Français se sont d’abord installés ici avant de construire autour », explique Olivier Nina, Events Officer de la State Property Development Company (SPDC) et passionné d’Histoire.
Avant de devenir la Custom House, le bâtiment, qui date de 1735, a servi à une boulangerie et ensuite à un hôpital connu comme l’« Hôpital des Noirs ». Sous l’ère anglaise, il abritait le bureau de l’Assistant Harbour Master, avant de devenir le bureau des douanes.
Idéalement, le bâtiment restauré aurait pu faire partie d’un parcours culturel. Il dispose de deux salles de 150 mètres carrés au rez-de-chaussée ainsi que d’une terrasse de 250 m2 avec vue sur le port. En avril dernier d’ailleurs, l’ambassade américaine y a tenu son festival de jazz, souligne Gaëtan Abel, Events Manager de la SPDC.
Malheureusement, la réalité est tout autre. La SPDC a investi Rs 10 millions dans la rénovation du bâtiment et doit maintenant rentrer dans ses frais. « Ce genre de travaux nécessite une main-d’oeuvre spécialisée qui coûte très cher. Mais il fallait le faire car, plus on attend, plus ça se dégrade », précise Prem Anand Seetohul, CEO de la SPDC.
Prem Seetohul laisse entendre que le bâtiment sera loué pour des activités commerciales dans un premier temps. La SPDC continuera toutefois à en assurer l’entretien, qui est particulièrement rigoureux vu la nature du bâtiment. « Le plus important était de réhabiliter et de valoriser le site », ajoute le CEO de la SPDC.