Après 30 années à promouvoir le patrimoine culturel, Abaim passe à une étape supérieure avec trois projets autour de la ravanne. La semaine prochaine sera lancé un documentaire réalisé par l’universitaire américaine Diana Heise. Suivront dans le courant de l’année une méthode de ravanne sur laquelle travaille le groupe depuis de nombreuses années, ainsi qu’un album 100 % typique.
Après avoir redonné vie au patrimoine oral, notamment à travers des comptines et jeux comme Ti Marmit ou Zakana zakana, Abaim révèle ses recherches sur la ravanne. En effet, le groupe travaille depuis longtemps sur une méthode pour apprendre à jouer de cet instrument incontournable du folklore mauricien au même titre que les autres instruments. Menwar l’avait déjà fait dans le passé, mais celui d’Abaim s’insère dans un projet plus vaste intitulé Ravann en partaz, Ravann nu leritaz. Celui-ci mise sur la revalorisation de l’instrument à travers différentes activités.
C’est dans cette même perspective qu’un documentaire sur la fabrication de la ravanne a été réalisé par l’Américaine Diana Heise. Cette dernière, chargée de cours à l’Université de Kansas City à travers une bourse de la Fulbright, est venue à Maurice il y a quelques années pour des recherches sur le patrimoine. C’est ainsi qu’elle s’est intéressée au groupe Abaim et a réalisé un documentaire sur la fabrication de la ravanne. Celui-ci sera lancé mardi prochain, 24 juin, au Cinéma Star à Bagatelle. La réalisation de ce documentaire a démarré en 2012.
Il faut savoir que depuis 1986, des membres d’Abaim avaient aidé à la mise en place d’une école de ravanne à Barkly, dans le cadre d’un programme de réinsertion des toxicomanes. Depuis, Abaim a sa propre école où les enfants fréquentant le Saturday Care Project apprennent notamment à jouer de cet instrument.
La deuxième étape de Ravann en partaz sera le lancement d’un album 100 % séga tipik par le groupe Abaim. Celui a déjà été enregistré dans des conditions du live par l’ingénieur du son belge Philippe de Magnée et comportera 13 morceaux. Le lancement est toutefois prévu pour octobre prochain.
C’est en 2015 qu’Abaim reviendra avec son troisième projet autour de sa méthode de ravanne. Un livre et un DVD seront ainsi réalisés pour témoigner des 25 années de recherche et d’expérience dans la maîtrise de cet instrument traditionnel. Une fois de plus, Abaim a bénéficié du soutien de Diana Heise pour peaufiner ses recherches et pour tester la méthode mise au point.
Comme pour tous ses projets, Abaim a également la collaboration de l’agence Toolbox pour donner un cachet particulier au design de ses productions. Diana Heise a également réalisé une série de photos « captivantes » qui seront exploitées pour faire la promotion de ce projet.
Outre son implication à Barkly, Beau-Bassin, Abaim est aussi actif dans le village du Morne depuis 2012. Sur une initiative du Morne Heritage Trust Fund, un atelier de ravanne a été mis sur pied pour quelque 40 enfants du village. De même, le groupe profite de sa présence dans ce village pour continuer son travail de collecte du patrimoine oral auprès de ses habitants.