Avec ses 300 membres d’équipage (dont 65 femmes), tous des officiers, le patrouilleur battant drapeau américain USS Nitze DDG-94 a mouillé dans la rade de Port-Louis pendant quelques jours. Ayant pour mission de veiller à la sécurité dans les eaux ainsi que sur l’espace aérien et « garder un oeil sur les pirates, surtout quand il s’agit de l’océan Indien », explique le Commanding Officer (CO), John Bub Jr, le USS Nitze DDG-94 a bienveillamment ouvert ses portes le temps d’une rapide visite guidée par le Public Affairs Officer (PAO) Tyler Hammett, à l’initiative de l’ambassade des États-Unis à Maurice…
Imposant de par sa stature, l’USS Nitze DDG-94 est « l’un des patrouilleurs militaires de la Navy, qui compte 49 autres navires du même acabit », explique le PAO Hammett. « Ce patrouilleur figure parmi les plus petits des bateaux que nous avons ». Faisant 155 mètres de longueur, l’USS Nitze DDG-94 passe entre sept et huit mois par an en mer.
« Pour l’heure, nous patrouillons dans les eaux de l’océan Indien. Nous y veillons à la sécurité sur mer et dans les airs ». Tenus par le caractère confidentiel de leur mission, puisqu’il s’agit d’un patrouilleur militaire, le CO Bub et le PAO Hammett préfèrent ne pas en dire plus sur leur présence dans les eaux environnant notre île. « Ce que nous pouvons vous dire, c’est que notre escale à Maurice s’inscrit dans le cadre de travaux d’entretien comme la peinture et d’autres réparations, par exemple », explique Tyler Hammett.
John Bub Jr, lui, affirme simplement que « nous sommes en mission dans les eaux de l’océan Indien et avons surtout à l’oeil les pirates. Avec les nombreux cas qui ont été répertoriés ces dernières années, nous avons eu fort à faire pour faire respecter la loi sur les eaux… » Ajoutant que « les mesures prises ont porté des fruits », le CO Bub Jr souligne toutefois que « notre mission consiste aussi bien à surveiller l’espace aérien. »
Pour ce faire, le patrouilleur USS Nitze DDG-94, muni de toutes sortes de gadgets et d’armes rivalisant avec ce qu’on a l’habitude de voir dans les productions hollywoodiennes, possède bien sûr un radar, entre autres appareils très sophistiqués. « Mais nous n’étions pas dans les parages quand le Boeing malaisien MH 370 est censé avoir traversé les airs », regrette Tyler Hammett.
Revenant au passage dans les eaux mauriciennes, le PAO Hammett raconte que « quand nous sommes arrivés et que nous avons découvert la verdure, la nature environnante et le soleil, cela nous a fait très plaisir… C’est un immense changement entre ce qu’on a vécu, par exemple, quand on était au Moyen Orient ».
Le quotidien des 300 membres de l’USS Nitze DDG-94 est rythmé par des activités très précises. Comme il s’agit d’officiers, chacun vaque à des occupations très spécifiques chaque jour. Le PAO Hammett, par exemple, est affecté aux équipements et armes. C’est ainsi qu’il supervise et participe avec d’autres officiers aux travaux d’entretien quotidiens concernant le maniement des armes, entre autres. À cet effet, une mitrailleuse ainsi que des vertical launch systems et autres canons à longue portée « nous permettent d’assurer notre protection et celle des habitants des pays environnants où nous patrouillons », indique le PAO Tyler Hammett.
Le quotidien à bord d’un « surface combattant » du type USS Nitze DDG-94 « est un choix que l’on fait », soutient le PAO Hammett. Lui-même s’est engagé dans la Navy « pour faire comme ma mère… C’est presque une histoire de tradition familiale ». Si elle n’était pas officier, lui a choisi « de servir et protéger mon pays. J’ai souhaité m’engager dans l’armée de mer afin d’apporter ma contribution à construire un monde meilleur où règne la paix ».
Tyler Hammett voit en sa position comme officier de la marine « une opportunité de servir mon pays : soutenir ses efforts pour faire régner la paix chez nous et ailleurs. C’est un engagement que j’ai pris au nom de mes enfants. Je souhaite qu’ils héritent d’un monde meilleur… C’est ma façon d’y contribuer ».
« Protéger mon pays »
Autour de lui, les officiers, hommes et femmes, venant de toutes les régions des États-Unis, âgés entre 18 et 50 ans, et qui ont suivi une formation poussée avant d’être affectés à ces missions en mer à bord de l’USS Nitze DDG-94 poursuivent chacun leurs rêves et ambitions personnels… Mais « tout le monde sera d’accord avec moi si vous leur demandez quelle est la chose la plus dure pour nous : c’est la séparation avec nos proches, nos familles… », dit le PAO Hammett. Pendant les sept à huit mois passés en mer, avec pour principaux moyens de communication le courriel, « puisque le débit internet est si lent qu’on a une version abrégée de Facebook », ainsi que les coups de téléphone, rester éloigné des siens « est ce qu’il y a de plus difficile ».
S’agissant de leurs expériences en mer dans des situations de conflit ou de guerre, le PAO Hammett explique que « jusqu’à présent, nous n’avons pas eu de grosses interventions… Le plus souvent, cela se résume à identifier des bateaux suspects ou des embarcations douteuses. Nous respectons les procédures et allons à bord, avec toutes les précautions d’usage ».
Pour ce qui est de l’entretien des armes, « même si elles ne sont pas utilisées, il faut une vérification mensuelle de routine, au cours de laquelle par exemple pour le canon il nous faut tirer au moins une fois sur l’eau, histoire de bien confirmer qu’il marche ! »
Qui dit vie d’officier de l’armée, dit aussi sacrifice. Outre le fait d’être longtemps séparés des leurs, les officiers à bord de l’USS Nitze DDG-94 se satisfont aussi de peu de confort matériel : « Depuis peu, nous avons au moins trois chaînes de télé, MTV, CNN et Fox. Cela nous permet de décompresser un peu et de rester en phase avec ce qui se passe partout dans le monde », explique le PAO T. Hammett.
Outre les salles des machines, celles réservées au commandement pour le contrôle du patrouilleur, les dortoirs et autres aménités, l’USS Nitze DDG-94 dispose aussi de réfectoires et cuisines. « Nous partons avec une réserve conséquente, qui devrait durer environ trois mois. Nous avons deux énormes congélateurs à cet effet. Mais régulièrement, nous faisons des haltes ou nous avons des fournisseurs qui viennent à notre rencontre pour renflouer nos cales en termes d’aliments et autres », explique le PAO Hammett. Les officiers disposent également d’une réserve adéquate d’eau, spécialement traitée afin qu’elle soit buvable durant tout leur trajet.
L’USS Nitze DDG-94 comporte aussi des hangars pour deux hélicos Sea Hawk. « Pour notre passage ici,  les hélicos n’étaient pas nécessaires. Aussi, nous avons transformé les hangars en salles de gym où tous les officiers, à tour de rôle, pratiquent des exercices pour garder la forme. C’est un élément important qui nous aide à garder notre équilibre », explique Tyler Hammett.
Arrimé au Christian Decotter Cruise Terminal des Salines le temps de cette escale mauricienne, l’USS Nitze DDG-94 en est à sa première visite à Maurice. Les officiers ont pu  à tour de rôle quitter le navire et se dégourdir les jambes dans les rues de la capitale et ailleurs le temps de leur visite.