Le Premier ministre étant, selon lui, sur le point de perdre sa majorité parlementaire « à tout moment », Paul Bérenger, leader de l’opposition et du MMM, qui se dit « très inquiet » de la situation générale dans le pays, estime « dans l’intérêt supérieur du pays » l’organisation de nouvelles élections générales « d’ici à décembre ». Tout en appelant Navin Ramgoolam à « prouver son sérieux » sur la réforme électorale, le leader du MMM estime que, « malgré ses démentis répétés » au sujet d’une éventuelle alliance avec le Ptr, des travaillistes « entretiennent systématiquement » la rumeur en ce sens. Ce qui, pour lui, ne serait qu’un « signe de faiblesse ».  C’est, entre autres, ce qu’a déclaré, hier, Paul Bérenger lors de sa rencontre hebdomadaire avec la presse.
M. Bérenger trouve que le Dr Navin Ramgoolam s’est « ridiculisé » cette semaine en parlant de stabilité politique dans le pays alors même que, selon lui, « c’est le contraire qui est vrai » dans la mesure où, soutient-il, « le Premier ministre est en passe de perdre sa majorité à tout moment ». Le leader de l’opposition réitère, à ce propos, son affirmation à l’effet que, d’après lui, une demi-douzaine d’élus du camp gouvernemental serait « soit, mal à l’aise ou très mécontents » et qu’il suffirait que trois d’entre eux, seulement, se dissocient de l’action gouvernementale pour que l’actuelle majorité se retrouve minoritaire.
Paul Bérenger, qui se dit, par conséquent, « très inquiet » de la situation générale dans le pays estime, donc, « dans l’intérêt supérieur du pays » que les électeurs soient de nouveau appelés aux urnes en vue de nouvelles élections générales « d’ici à décembre ». A propos de la réforme électorale, le leader du MMM répète que, selon ses renseignements, « Navin Ramgoolam n’est pas sérieux » sur la question. « A lui, encore une fois, de prouver que ce n’est pas le cas », a-t-il dit. Et de rappeler, encore que sur la question, « le MMM et le Ptr sont d’accord sur tous les points ».