Le leader de l’Opposition, Paul Bérenger, a estimé samedi que le Premier ministre Navin Ramgoolam doit porter l’entière responsabilité du walk-out de l’opposition et du boycott des orateurs de la majorité au Parlement récemment, pour la fin des discours sur le budget 2014.
La démarche de l’Opposition faisait suite à la décision du Premier ministre de placer quatre orateurs de la majorité à la fin des débats, ce qui est une première dans l’histoire parlementaire, dit le leader des mauves. S’agissant de la déclaration du porte parole du Parti travailliste à l’effet que le Premier ministre avait accepté qu’Alan Ganoo intervienne avant lui, Paul Bérenger a estimé que ce n’est pas au gouvernement de décider quel orateur de l’opposition doit intervenir dans le cadre des débats.
Interrogé sur les raisons qui ont motivé la décision des membres de l’Opposition de regagner l’hémicycle alors que le ministre des Finances parlait, le leader de l’Opposition a observé que c’est lorsque l’opposition s’est rendu compte que le Premier ministre s’est moqué de son ministre des Finances en n’étant pas présent lors de son intervention qu’elle a décidé de regagner l’hémicycle.
Auparavant, le leader de l’Opposition a observé qu’alors que le ministre des Finances intervenait au parlement, le gouverneur de la Banque centrale intervenait dans une radio privée pour l’« étriper », en particulier concernant les compétences de certains membres du Monetary Policy Committee. Le leader de l’Opposition estime que malgré les efforts du ministre des Finances il sera difficile de relancer la croissance économique. Selon lui seul un nouveau gouvernement sera en mesure de relancer l’économie, d’où l’importance des élections générales anticipées, a-t-il dit.
Le leader de l’Opposition a aussi évoqué plusieurs dossiers dont celui du football, accusant le ministre Devanand Ritoo d’être malhonnête en faisant croire que le comité international olympique aurait donné son aval à l’amendement du Sports Bill. Il a annoncé qu’il compte soulever le problème de CT Power lors d’une prochain PNQ. Il a aussi trouvé inacceptable l’arrestation et la détention des jeunes contestataire à savoir Nitin Chinien et Jameel Peerally. Il a en outre estimé que les dotations budgétaires pour le ministère de la Protection des enfants et au bureau de l’Ombudsperson ne sont pas suffisantes.