« Tant que sir Anerood Jugnauth sera là, il n’y aura pas de réforme », a déclaré Paul Bérenger lors d’une conférence de presse ce mercredi 19 septembre. Pour lui, la réforme annoncée constitue « une non réforme électorale ».

Le leader du MMM a soutenu être en possession d’un document du gouvernement, qui met en exergue les critères du nouveau système électoral attendu : soit 63 élus pour 20 circonscriptions, plus 12 autres à la proportionnelle, et six ou sept additionnels comme Best Losers.

Le document en question, selon Paul Bérenger, fait état de l’objectif de « restore the overall majority secured under the first past the post ». Critère contre lequel s’élève le MMM. « Se enn galimatia », a lancé Paul Bérenger, qui déplore le système repêchage des grands perdants.

« Le but de la réforme, c’était de corriger le déséquilibre et l’injustice du First Past the Post », a-t-il insisté.

Toutefois, le leader des mauves a déclaré que le MMM est « satisfait » que, s’il y a une dose proportionnelle de 20 élus, « toutes les communautés seront représentées au sein du parlement ».

Paul Bérenger a déclaré que le gouvernement rendra public un nouveau document ce vendredi. Le comité central du MMM se réunira pour étudier le dossier. Ils s’attarderont surtout sur le Best Loser System.

Par ailleurs, Paul Bérenger a souligné que si le MMM ne vote pas il n’y aura pas de majorité de 3/4 de votes nécessaire pour amender la Constitution. En conséquence, la question de la réforme électorale sera renvoyée après les prochaines élections générales.