Le Ministerial Working Group constitué lors de la dernière conférence des ministres de l’Éducation des pays du Commonwealth à Maurice s’est réuni le 14 décembre dernier sous la présidence du ministre mauricien Vasant Bunwaree pour travailler sur les recommandations post 2015 pour l’éducation. Parmi les recommandations, la réduction des disparités afin de rendre une éducation de qualité accessible à tous est identifiée comme la priorité des gouvernements des pays du Commonwealth. Ce rapport qui contient des recommandations du Commonwealth pour l’après-2015 a été remis au cours de la semaine dernière au Special Adviser du Premier ministre anglais David Hallam. Ce document sera par la suite remis à l’assemblée des Nations unies.
Les ministres de l’Éducation du Commonwealth ont convenu le 31 août 2012 à leur 18e Conférence (18 CCEM), qui s’est tenue à Maurice, de créer un groupe de travail ministériel pour le développement de l’éducation post-2015. Le groupe de travail était composé des ministres des pays suivants : Bangladesh, Barbade, Chypre, Inde, Kenya, Malawi, Nigeria, Papouasie – Nouvelle Guinée, Seychelles, Sierra Leone, Tanzanie et Ouganda.
Lors des sessions de travail, le groupe de travail a formulé des recommandations du Commonwealth pour l’après-2015.
Les recommandations du Groupe de travail pour les Objectifs de développement post-millénaire (ODM) ont ainsi été remises par Vasant Bunwaree à David Hallam à Malborough House, le siège du secrétariat du Commonwealth à Londres. M. Hallam est un conseiller spécial du Premier ministre du Royaume-Uni. Le Groupe de travail a ainsi réaffirmé le rôle central de l’éducation dans tous les aspects du développement et pour catalyser les progrès dans d’autres secteurs. Il a également présenté un dossier solide pour que l’éducation reste en haut de l’agenda de développement futur avec une position de premier plan dans l’après-2015.
Ces recommandations seront présentées au Secrétaire général des Nations unies. L’objectif est d’élaborer des recommandations sur la structure et le contenu des post-objectifs du Millénaire pour le Développement et post-objectifs de l’Éducation pour Tous dans les zones d’éducation prioritaire collectivement identifiés par les ministres de l’Éducation, des organismes d’enseignement et de la société civile.
Parmi ces recommandations, trois objectifs principaux ont été identifiés : que chaque enfant puisse terminer un cycle complet d’un minimum de neuf ans avec accès à l’éducation de base gratuite, démontrant les résultats d’apprentissage conformes aux normes nationales ; que l’éducation de base soit élargie de façon stratégique pour répondre aux besoins en matière de connaissances et de compétences liées à l’emploi et aux moyens de subsistance ; et réduire et éliminer les différences dans les résultats scolaires entre les élèves associés au sexe et à la richesse des ménages.
À noter qu’un constat des progrès éducatifs depuis 2000 par plusieurs pays avait démontré qu’il reste encore beaucoup à faire pour rendre l’éducation accessible à tous et combattre l’illettrisme. Les autres domaines dans lesquels le Working Group estime qu’il faudra intervenir sont, entre autres, les problèmes de malnutrition des enfants liés à la misère, la provision des infrastructures appropriées ainsi que l’éducation pour le développement durable. Ces recommandations seront présentées au Secrétaire général des Nations unies. Le draft report du UN High Level Panel of Eminent Persons est attendu en mars 2013.