C’est ce qu’a indiqué le haut commissaire indien à Maurice T. P. Seetharam lors d’une conférence de presse à son bureau sur la dixième édition du Pravasi Bharatya Divas (PBD) qui se tiendra à Jaipur du 7 au 9 janvier. Il a par la même occasion invité les Mauriciens à investir dans la Grande Péninsule. « Vous avez des aptitudes que nous n’avons pas. Dans le secteur touristique, par exemple. Des avenues de coopération existent à ce niveau », fait ressortir M Seetharam. Le haut commissaire indien à Maurice observe que le pays mise aussi sur les nouveaux marchés dont l’Inde. Dans ce cas, pourquoi ne pas attirer des Indiens de la diaspora également ? Selon lui, Maurice peut aussi bénéficier de l’expertise indienne concernant le dessalement de l’eau de mer. Ou encore, des investisseurs mauriciens peuvent s’engager dans la production d’énergie solaire ; l’Inde représentant un énorme potentiel. « Nous nous sommes fixés une limite de produire 20 gigawatts d’énergie solaire d’ici à 2022. À ce jour, nous produisons 200 mégawatts par an. C’est un projet très coûteux », soutient M. Seetharam, qui indique que 400 millions d’Indiens vivent sans électricité. « L’Inde cherche une technologie qui réduira le coût de production », poursuit-il. Et de laisser entendre que ce sont autant de possibilités à être exploitées.
En marge de la tenue du PBD, deux des conférences, qui seront organisées, auront pour thème « Solar energy-investment and R&D » et « Solar entrepreneurship-water ». Elles auront pour objectifs de souligner le potentiel du marché de l’énergie solaire et du secteur de l’eau en Inde et du rôle que pourraient jouer les Indiens d’outre-mer dans le développement de ce secteur.
Organisé par le ministère indien d’outre-mer, cette dixième édition du PBD aura pour thème « Global Indian-Inclusive growth ». Plus de 1 500 délégués de la diaspora sont attendus. À Maurice, la délégation comprend plus de 70 personnes, fait ressortir Mahen Utchanah, président de Gopio international. L’institution parrainera aussi la visite d’une équipe de la MBC pour la couverture du PBD et de leur rencontre annuelle.
Gopio international est partie prenante de cette rencontre annuelle depuis son institution. Son président indique que 41 personnes de La Réunion et quinze de France feront entre autres le déplacement
Selon M. Utchanah les liens se sont consolidés entre les Mauriciens, les Indiens résidents de la Grande Péninsule et de la diaspora. Il affirme qu’il n’y a aucune différence communautaire et que tous les Mauriciens sont invités à y participer. Un éveil de la conscience de ceux de la diaspora par rapport à leur « indianité » a aussi été observé, laisse-t-il entendre en citant l’exemple de la Guadeloupe.
Le ministre des Arts et de la Culture Mookhesswur Choonee est invité par le gouvernement indien à prendre la parole sur la préservation des langues et de la culture à Maurice, souligne M. Utchanah. Il prendra aussi la parole, de même que Sarita Boodhoo du Mauritius Bhojpuri Institute (MBI).
Le haut commissaire indien indique qu’un des temps forts de la rencontre est l’octroi du Pravasi Bhartiya Samman Award. Quatre Mauriciens en sont les lauréats : le Président de la République Sir Anerood Jugnauth (2003), l’ancien vice-président Raouf Bundhun (2006), le Premier ministre Navin Ramgoolam en 2008 et le défunt vice-président Angidi Chettiar en 2009.
L’événement sera diffusé sur les sites internet http : //www.pbdindia.org et www.pbdindia.org. Cela permettra aux membres de la diaspora d’y participer s’ils le souhaitent. Des résumés de la conférence seront postés sur les sites tous les jours.