Lors de la première partie de l’audience du jour dans le procès concernant le crime de Michaela Harte intenté en cour d’assises à Avinash Treebhoowoon (No 1) et Sandip Moneea (No 2), le constable Robin Sevatian a confirmé que l’accusé No 1 avait porté plainte contre la police lors de sa comparution en cour de Mapou le 12 janvier. Il avait été arrêté la veille alors qu’il était en service à l’hôtel Legends où il travaillait comme valet de chambre.
Au tout début de l’audience, Me Mehdi Manrakhan, Leading Counsel de l’accusation, a informé la cour qu’il ne comptait pas convoquer les policiers Ragavan et Imrit. Ces deux témoins sont toutefois à la disposition de la défense. Susan Woodroffe, Forensic Scientist du Cellmark Forensic Services – un laboratoire basé à Oxfordshire au Royaume-Uni – et Akiza Mooradun, Forensic Scientist du Forensic Science Laboratory (FSL) étaient présentes à la Cour suprême, prêtes à témoigner dans le procès.
La technicienne anglaise a été appelée à la barre quand, suite à un accord entre les deux parties, Me Teeluckdharry a décidé de suspendre son contre-interrogatoire du constable Sevatian pour l’audition du témoin No 20. Susan Woodroffe a été convoquée par Me Nataraj Muneesamy, un des avocats de la poursuite. Elle a déclaré avoir examiné des échantillons de sang des accusés mais aussi de John Mc Areavey, époux de la victime, Dassen Narayanen et de Raj Teekoy.
D’autres pièces à conviction, notamment des sacs en plastique, ont été analysées. Des échantillons d’ongles de Michaela Harte ont aussi été examinés. Le profil ADN de Dassen Narayanen a été identifié sur le dummy magnetic card. Selon la scientifique, il aurait touché la carte. Elle a aussi précisé que l’ADN de l’époux avait été retrouvé sur le cou de la victime.
Appelé à la barre des témoins par Me Muneesamy, le policier a d’abord été interrogé sur la collecte qu’il avait effectuée auprès des deux accusés. Ces derniers lui ont volontairement remis les chaussures qu’ils portaient le jour où Michaela Harte a été tuée, soit le 10 janvier 2011. Avec d’autres objets saisis dans le cadre de l’enquête policière, ils ont été remis au FSL à des fins d’analyses. Ces articles ont été produites en cour ce matin.
Contre-interrogé par Me Sanjeev Teeluckdharry, avocat de l’accusé No 1, le PC Sevatian a précisé que sa tâche était de collecter les objets saisis pour le FSL. Alors qu’il hésitait à dire s’il avait été mêlé à d’autres activités dans l’enquête, le juge-président Prithiviraj Fekna lui a fait la remarque suivante : « Officer, I will be grateful to you if you don’t hit in the bush ». Le témoin a indiqué par la suite avoir fait partie de l’équipe qui a escorté les accusés.
Répondant de manière évasive à d’autres questions de l’avocat de la défense, le PC Sevatian a été rappelé à l’ordre à plusieurs reprises par le juge qui lui a demandé de faire un effort et d’essayer de se rappeler des faits survenus il y a un peu plus d’une année. À la demande de Me Teeluckdharry, il a pu consulter ce qui a été inscrit dans le Diary Book de la MCIT.
À un certain moment, l’avocat a voulu savoir ce que les policiers avaient fait avec son client entre le temps où le témoin l’a arrêté le lendemain du meurtre pour le conduire à la CID de Piton et l’heure à laquelle il a été emmené en cellule policière à Pointe-aux-Canonniers. Il a confirmé qu’une équipe de la MCIT interrogeait Avinash Treebhoowoon à Piton.