photo illustration

La Platform Moris Lanvironnman (PML) monte au créneau contre Prem Koonjoo, le ministre de la Pêche, suite à sa déclaration dans le cadre de la seconde fermeture de la pêche à l’ourite.

Selon les membres de la plateforme, le ministre a déclaré le 14 janvier qu’il n’y aurait très probablement pas de deuxième fermeture annuelle pour « ne pas bousculer les pêcheurs en cette année d’élections ».

A travers un communiqué émis par la Platform Moris Lanvironnman (PML), les membres ont tenu à exprimer leur total désaccord avec « cette façon de gérer les ressources marines selon un calendrier électoral alors que l’état de ces ressources demande l’application d’une stratégie cohérente et un plan d’action soutenu ». Selon les membres, la fermeture a été bénéfique car les prises sont passées de 25 tonnes en 2015 à 39 tonnes en 2017.

C’est dans ce sens que la plateforme considère que « les acquis obtenus au prix d’efforts consentis sur plusieurs années par tant de parties prenantes – y compris le ministère concerné, les pêcheurs (qui sont conscients de leur intérêt, même à court terme), les marchands de produits de la mer, les Coast Guards, la Police de l’Environnement, les communautés côtières et les ONGs impliquées – ne peuvent pâtir de considérations purement électoralistes ». Elle demande donc que les recommandations émises en juillet 2018 soient suivies.