Le Syndicat des pêcheurs (SDP) et le Mouvement pour l’autosuffisance alimentaire (MAA) invitent les autorités à finaliser les offres pour l’achat de bateaux destinés à la pêche en haute mer. Ils rappellent que cette mesure date du Budget 2016-17 et qu’à ce jour, pas un seul projet n’a pu être mis en place. Ces organisations souhaitent également la création d’une fédération pour regrouper les coopératives de pêche hauturière.
Pour Eric Mangar, de la MAA, le projet Serenity, bateau de pêche financé à 75% par les autorités et datant de 2013, a porté ses fruits. Chaque mois, le bateau rapporte 4 à 6 tonnes de poissons. « Cela démontre que ce projet a été un succès et c’est en s’appuyant dessus que d’autres coopératives de pêche ont fait des offres au ministère de la Pêche. Avec ce “grant”, ils pourront aller pêcher hors du lagon pour approvisionner la population. Pour le moment, ce sont surtout les bateaux européens pratiquant la pêche au thon qui exploitent notre zone économique exclusive. »
Eric Mangar invite ainsi le ministère à accélérer la sélection afin que les projets retenus puissent être mis en place. « Les pêcheurs doivent entreprendre les démarches nécessaires. C’est un grand challenge pour les pêcheurs artisanaux. »
De son côté, Judex Rampaul, président du SDP, déplore le temps mis dans la concrétisation de ce projet. « Nous arrivons bientôt au prochain budget et les mesures de l’ancien budget n’ont pas été concrétisées. Si le gouvernement veut aider les Mauriciens à sortir de la pauvreté, il faut leur donner l’occasion de réaliser leurs projets, comme c’est l’occasion pour ces coopératives ayant répondu à l’appel d’offres. » Judex Rampaul invite également le ministère des Coopératives à mettre de l’ordre dans ce secteur. « Par le passé, on nous a demandé de créer des coopératives pour des projets et, aujourd’hui, elles sont inactives. Pour le nouveau projet, il a fallu créer d’autres coopératives. Il est temps de mettre de l’ordre dans tout cela. »
Une fois le projet lancé, les coopératives souhaitent se regrouper en fédération. Eric Mangar soutient que l’objectif premier est de mettre en place une plateforme de négociation entre les coopératives de pêche hauturière et les autorités concernées. Parmi celles-ci, il cite le gouvernement, la Commission de l’océan Indien et l’Union européenne, « la finalité étant que les Mauriciens puissent avoir du poisson à manger aisément et que les pêcheurs puissent vendre leurs prises directement aux consommateurs ».
De même, la fédération s’assurera de la formation pratique des jeunes. « Les pêcheurs ont des connaissances qui se perdront si elles ne sont pas transmises. Nous voulons également travailler en collaboration avec le ministère de la Pêche et le centre de recherche d’Albion, comme cela se fait déjà pour le Serenity. »
Rappelons que dans le Budget 2016-17, le gouvernement a mis à la disposition des coopératives de pêcheurs une somme de Rs 4 millions pour acheter des bateaux destinés à la pêche hors du lagon. Cette somme représente 50% de leurs projets. Ils peuvent obtenir les 50% restant en termes de prêt auprès de la Banque de développement. Pour cela, les pêcheurs doivent se regrouper en coopératives. Le ministère a lancé cette année deux appels d’offres pour ce projet. Le premier n’ayant pas attiré beaucoup de demandes, l’exercice a été renouvelé.