Karyakarwana Patabange Meryl Niroshan, 43 ans, le Master du FV GM 5, et Amith Pushpa Kumara Kanakahewange, 37 ans, celui du Malsini 1, deux ressortissants srilankais, ont été assignés à comparaître en Cour criminelle intermédiaire aujourd’hui pour répondre d’une accusation d’avoir illégalement pêché dans les eaux territoriales mauriciennes. Les deux bateaux ont été surpris en flagrant délit de pêche illégale sur le banc de Nazareth à 750 kilomètres au Nord de Maurice au lever du jour, le 23 février dernier. Leur comparution devait avoir lieu à la mi-journée. Les deux accusés sont défendus par Me Kushal Lobine.
Rappelons que c’est le patrouilleur malgache Atsantsa, engagé par le plan régional de surveillance des pêches (PRSP) de la COI, qui a réalisé cette opération. Il a par la suite escorté les deux bateaux qu’il a remis aux autorités mauriciennes compétentes.
Les deux navires ont été arraisonnés alors que des filets de plusieurs kilomètres de long étaient en train d’être relevés sur le banc de Nazareth. Dans cette zone mauricienne extrêmement riche en poissons, les pêcheurs ont illégalement prélevé des thons, des espadons, des poissons de fond, des dauphins mais aussi des requins dont ils ne conservent que les ailerons.
Cette opération témoigne de l’engagement de la COI dans la lutte contre la pêche illicite dans la région et de l’efficacité du dispositif régional qu’elle coordonne. Le PRSP est mis en oeuvre depuis 2007 grâce à un partenariat financier signé entre la COI et l’Union européenne (Direction générale des affaires maritimes et de la pêche). C’est la 33e mission coordonnée par la COI.
« Loin de leur pays, dans le silence ou dans les tempêtes de l’océan Indien, des équipages veillent et font un travail de surveillance des pêches stratégique pour l’économie des États membres », devait commenter Jean Claude de l’Estrac, secrétaire général de la COI, à la suite de cette opération. Il avait souligné qu’il est question de faire en sorte que les richesses appartenant aux îles de la région ne soient pas pillées. « Depuis le lancement du PRSP, plusieurs centaines de navires ont été contrôlés en pleine mer et plusieurs d’entre eux en infraction grave ont été arraisonnés à Madagascar, aux Seychelles et à Maurice. L’emploi de moyens performants tels que des satellites radar mais aussi l’expérience acquise par les équipes régionales de contrôle et les échanges permanents d’informations entre les États membres de la COI permettent au dispositif d’être aujourd’hui très efficace », explique Xavier Nicolas, coordonnateur du PRSP.
Le patrouilleur Atsantsa dépend du ministère des Pêches de Madagascar. Il est basé à Mahajanga dans le Nord-Ouest du pays. Construit en 2007 au chantier naval de l’océan Indien, à Port-Louis, ce patrouilleur moderne est un prédateur de navires illégaux. Il a appareillé de son port de base le 15 février dernier pour une mission de plusieurs semaines. Il a déjà effectué des contrôles aux Comores et aux Seychelles avant d’entrer fin de semaine dernière dans les eaux mauriciennes, dans la région d’Agalega. À son bord, se trouve une équipe d’inspecteurs des administrations des pêches des Comores, de La Réunion, de Madagascar, de Maurice et des Seychelles, des éléments de sécurité de la gendarmerie malgache et un garde-côte mauricien.