La lutte contre la pêche illégale dans les zones maritimes de Maurice, initiée par la National Coast Guard (NCG) et les Fisheries Protection Officers, a permis un véritable coup de filet à plusieurs niveaux ces jours-ci. En effet, dans la journée de mercredi, les éléments à bord d’un Patrol Vessel de la NCG ont appréhendé un suspect pour pêche illégale, et ont procédé à la saisie de plus de 130 mètres de filets. D’autre part, au niveau judiciaire, le capitaine du Fishing Vessel Ruang Lap N° 8, battant pavillon thaïlandais, s’est vu infliger une amende de Rs 250 000 par la Cour intermédiaire dans le courant de la semaine. Le motif : une affaire d’activité de pêche illégale, remontant à juin 2011, pour laquelle le bateau avait été arraisonné dans les eaux territoriales mauriciennes.
À ce stade, les milieux concernés indiquent qu’une fois de plus, la National Coast Guard démontre toute sa détermination ainsi que son engagement dans la protection des richesses marines mauriciennes, et continue de faire appliquer la loi en vigueur avec l’appui du Département des Pêches. Ainsi, la prompte intervention du N° 1 Patrol Vessel Squadron de la NCG, mercredi, en étroite collaboration avec le poste de sécurité du port, devait aboutir à l’arrestation d’un suspect se livrant à des activités de pêche illégale à Le Goulet, Baie-du-Tombeau. Cette opération a été déterminante à plus d’un titre, compte tenu du fait qu’une trentaine de mètres de filets illégaux ont été également saisis en mer.
Le même jour aux alentours de 18h00, à la suite d’informations obtenues de sources fiables, la garde-côte nationale basée au département des douanes à Port-Louis, devait se rendre à Pointe-aux-Sables où ils ont procédé à la saisie d’environ 100 mètres de filets illégaux en mer.
Tout en entreprenant des actions pour lutter contre la pêche illégale, non déclarée et non réglementée dans nos eaux territoriales, au cours d’une opération de surveillance conjointe des autorités indiennes et mauriciennes dans notre zone économique exclusive – à bord du navire indien INS Shardul – la NCG avait arraisonné le bateau de pêche thaïlandais Ruang Lap N° 8 dans les environs des bancs de Nazareth en juin 2011.
Cette semaine, la Cour intermédiaire a infligé une amende de Rs 250 000 au capitaine Jampatip Sangwan pour avoir été reconnu coupable de pêche sans autorisation dans les zones maritimes de Maurice, et son navire a été saisi. « L’interception du FV Ruang Lap N° 8, par le navire indien Shardul, et sa confiscation peuvent être considérés comme une réussite majeure concernant la prévention et la poursuite judiciaire en ce qu’il s’agit de l’Illegal Unreported and Unregulated (IUU) fishing dans les zones maritimes de l’île Maurice par le NCG », indique-t-on dans les milieux concernés. Cette surveillance indo-mauricienne fait suite à une requête du gouvernement mauricien auprès de celui de l’Inde pour le déploiement de navires de guerre indiens dans notre zone économique exclusive pour des missions conjointes avec la NCG. Sur les derniers deux ans et demi, les navires indiens ont ainsi effectué plus de 250 jours de surveillance, au cours desquels ils ont également procédé à des missions anti-piraterie avec la collaboration de la NCG.
De leur côté, les Fisheries Protection Officers indiquent que 4 540 m de sennes illégales ont été saisies, notamment à Mahébourg, Grand-Gaube, Grande-Rivière-Sud-Est, Case-Noyale, Trou-d’Eau-Douce, Baie-du-Tombeau, Le Morne et Belle-Mare. Rien qu’au cours du week-end dernier, 1 515 m de ces filets ont été saisis, dont 635 m à Trou-d’Eau-Douce, 290 m à Butte-à-L’Herbe, Grand-Gaube, et 200 m à Baie-du-Tombeau. Dans la plupart des cas, les filets de pêche illégaux sont confectionnés avec des mailles d’une dimension inférieure à celle autorisée, permettant ainsi aux braconniers de capturer de plus petits poissons. À ce jour, seulement une vingtaine de fisheries sont autorisées à pratiquer la pêche à la senne à Maurice, et six à Rodrigues. Les filets de pêche sont réglementés par la Fisheries and Marine Resources Act 2007 et tout contrevenant est passible d’une amende ne dépassant pas Rs 100 000. Depuis le début de l’année, les garde-pêche ont relevé 296 cas de fraude, dont la plupart sont liés à l’utilisation de sennes illégales. Des fusils de pêche sous-marine, des poissons undersized et toxiques, de même que des tortues empaillées ont été saisis par les autorités.