Les armements français de pêche à la légine, regroupés au sein du Syndicat des Armements Réunionnais de Palangriers Congélateurs (SARPC) et exerçant leurs activités au départ de l’île de La Réunion, ont créé la Fondation d’entreprises des mers australes qui se chargera, entre autres, de l’exécution des projets ou des programmes de recherche scientifique.
Dans un communiqué émis cette semaine, les partenaires au sein de la fondation indiquent que depuis de nombreuses années les armements participent au financement de divers programmes de recherche scientifique. La fondation, qui vient d’être mise en place, sera, disent-ils, « un véritable outil, avec un conseil d’administration où siégeront les représentants des armements, et des personnalités qualifiées choisies parmi des scientifiques ou experts reconnus ». Le conseil d’administration bénéficiera d’un budget et de fonds alimentés chaque année par des dotations pluriannuelles des armements. Il se chargera de l’organisation et de la gestion des interventions financières des armements sur des projets ou des programmes de recherche scientifique.
« Il s’agit là d’une initiative tout à fait novatrice dans le domaine des pêches françaises », affirme la direction de la fondation. Les parties concernées font ressortir que les armements français de pêche à la légine participent activement à la protection des zones économiques exclusives des Kerguelen et de Crozet à travers le Groupement d’intérêt économique Protection Légine et Ressources Halieutiques (GIE PLRH). Celui-ci, précise-t-on, arme et exploite le patrouilleur Osiris. Le groupement vient d’obtenir la certification du Marine Stewardship Council (MSC) pour la pêcherie de légine aux Kerguelen, ce qui, précise-t-on, est « une reconnaissance d’une pêche durable et responsable ».
Créé en 2002, le
Le SARPC regroupe six armements autorisés à pêcher la légine dans les zones économiques exclusives françaises des Kerguelen et Crozet. Le Syndicat « défend les intérêts des pêcheurs de légine français et agit de façon majeure dans la gestion responsable de la ressource et la préservation de l’environnement ». Les différents armements exploitent à ce jour sept palangriers comme suit : a) Armas pêche : Mascareignes III ; b) Armements Réunionnais : Île Bourbon ; c) Cap Bourbon : Cap Horn 1 ; d) Comata-Scapêche : Île de La Réunion ; e) Pêche-Avenir : Le Saint-André ; f) Sapmer : Albius, Croix du Sud et Austral.
La Sapmer a fait de gros investissements dans le secteur du seafood à Maurice et a, par ailleurs, développé un partenariat avec le groupe IBL.