a traditionnelle messe de l’ouverture de la saison de la pêche à la senne a été célébrée hier matin en l’église Notre-Dame Auxiliatrice à Cap-Malheureux. Durant son homélie, le père Jacques Henry David, qui est l’aumônier de la Mission pastorale de la pêche et le président de l’Apostolat de la Mer de Maurice, a plaidé en faveur de l’unité au sein de la communauté des pêcheurs. Plusieurs prières ont été dites en ce sens pour demander la bénédiction divine pour les pêcheurs et leurs familles.
La célèbre chapelle de Cap-Malheureux, fraîchement rénovée, a accueilli de nombreux fidèles hier à l’occasion de la messe de l’ouverture de la saison de la pêche à la senne pour 2014. Cette messe, à l’initiative de la Mauritius Fishermen’s Cooperative Federation Ltd, est l’occasion pour les pêcheurs de demander la protection et la bénédiction divine pendant toute la saison de la pêche à la senne qui démarre cette année le samedi 1er mars et prendra fin le 30 septembre.
Le métier de pêcheur n’est pas sans risques. « La vie en mer demande une véritable solidarité entre les pêcheurs, mais ces derniers doivent aussi connaître leurs limites », a déclaré le père Jacques Henry David lors de son homélie. Le célébrant a eu une pensée spéciale pour les victimes des bateaux naufragés KingFish II et KingFish V. Il a évoqué dans les prières communes les familles des victimes qui portent toujours les séquelles de la disparition de leurs proches en mer il y a sept ans. L’aumônier de la Mission pastorale de la pêche a également eu une pensée pour les deux officiers américains qui ont été retrouvés morts dans leur cabine à bord du bateau Maersk Alabama, au large des Seychelles. Car au-delà des dangers naturels, le prêtre a rappelé qu’il y a également les dangers humains comme la piraterie. Il devait souligner qu’il ne faut pas sous-estimer le fait que Maurice n’est pas non plus à l’abri des actes de piraterie maritime.
Des intentions de prières ont été dites par des fidèles afin de renforcer l’esprit de solidarité au sein des pêcheurs et aussi pour la communauté qui les soutient et qui englobe leurs familles, les ONG, les associations, les sociétés coopératives ou encore le gouvernement. Des prières ont été dites pour aider les pêchers à mieux faire face aux défis et difficultés qu’ils rencontreront au quotidien comme le changement climatique, la crise économique ou la pollution.
À la fin de la cérémonie, le père Jacques Henry David a procédé à la bénédiction symbolique de la mer, près du débarcadère de Cap-Malheureux. Le père Jacques Harel procédera ce vendredi à la bénédiction des pirogues lors d’une cérémonie prévue à 10 h au débarcadère de Grand-Gaube à l’intention de la communauté des pêcheurs de la région.