Maurice procédera à sa deuxième fermeture officielle de la pêche à l’ourite du 15 août au 15 octobre. Cette période coïncide avec la période de reproduction des poulpes. L’objectif est de leur permettre de grossir avant la réouverture de la pêche. Toutefois, la campagne de communication de cette initiative auprès des pêcheurs ne s’est pas toujours passée dans les meilleures conditions. À Mahébourg, par exemple, le ministre de la Pêche, Prem Koonjoo, a été malmené.
Cette nouvelle fermeture de la pêche à l’ourite durera deux mois, le temps de permettre aux poulpes de grossir après la période de reproduction. L’année dernière, 635 kg d’ourites avaient été pêchés lors de la première journée à réouverture. Le ministère de la Pêche avait même récompensé la plus belle prise, de 5,8 kg, d’un chèque de Rs 10 000.
Pour la présente campagne, des réunions ont eu lieu à travers l’île avec la collaboration des Ong engagées dans le domaine de l’environnement et du GEF Small Grants Programme de l’UNDP afin de sensibiliser les pêcheurs. Si dans la majorité des cas les réunions se sont bien déroulées, tel n’a pas été le cas à Mahébourg, où le ministre Prem Koonjoo a été malmené. Les pêcheurs de la côte sud-est reprochaient en effet au ministre l’augmentation des fermes d’aquaculture dans la région. On sait que les pêcheurs de la côte de Bambous-Virieux, notamment, s’opposent à la présence de ces fermes depuis de nombreuses années et que la situation a même dégénéré en 2011 quand les pêcheurs ont enlevé une cage appartenant à la Ferme Marine de Mahébourg.
De son côté, le Syndicat des Pêcheurs remet en question la dimension « écologique » de cette fermeture de la pêche à l’ourite. Ses membres font remarquer que contrairement à Rodrigues, à Maurice, les pêcheurs plongent pour pêcher l’ourite et utilisent des outils non autorisés comme le harpon ou le fusil sous-marin. Toujours est-il que le ministère de la Pêche demeure convaincu des avantages de cette fermeture. L’année dernière, deux tonnes d’ourites avaient été pêchées durant les deux premières semaines de la réouverture. Signalons qu’au cours de cette période de fermeture, les gardes-côtes feront une surveillance renforcée contre la pêche illégale. L’année dernière, une cinquantaine de cas avaient été enregistrés.
Pour rappel, à Rodrigues, la fermeture de la pêche à l’ourite se fait du 8 août au 6 octobre. Pour cette année, deux saisons de fermeture ont été organisées, soit une en février/mars et l’autre en août/octobre. Selon la Commission de la Pêche de Rodrigues, de gros progrès ont été constatés dans les prises à la réouverture depuis la première fermeture, en 2013. De cette date à 2017, une amélioration dans les prises a été constatée, celles-ci passant de 13 tonnes en 2013 à 16,7 tonnes en 2015, 32 tonnes en 2016 et, finalement, 59,5 tonnes en 2017. La production totale d’ourites est passée de 382 tonnes en 2011 à 570 tonnes en 2012 pour atteindre 603 tonnes en 2017.