« 4 540 mètres de sennes illégales ont été saisis depuis le début de l’année », laisse-t-on entendre du côté des Fisheries Protection Officers. Ces chiffres montrent la détermination des officiers du ministère de la Pêche à traquer les contrevenants.
Mahébourg, Grand-Gaube, Grande-Rivière-Sud-Est, Case-Noyale, Trou-d’Eau-Douce, Baie-du-Tombeau, Le Morne et Belle-Mare sont les régions où les fraudeurs ont été sanctionnés. Rien que le week-end dernier, 1 515 mètres de senne ont été saisis, dont 635 m à Trou-d’Eau-Douce et 290 m à Grand-Gaube. Ces filets de pêche illégaux ont des mailles plus petites que la dimension autorisée, permettant ainsi aux fraudeurs d’attraper de plus petits poissons. La majorité des contrôles et des saisies ont été effectués la nuit.
À ce jour, une vingtaine de pêcheries sont autorisées à pratiquer la pêche à la senne à Maurice et six à Rodrigues. Les filets de pêche sont réglementés par la Fisheries and Marine Resources Act 2007 et tout contrevenant est passible d’une amende ne dépassant pas Rs 100 000.
Du côté du ministère de la Pêche, on rappelle que « tout pêcheur souhaitant pratiquer la pêche à la senne doit au préalable détenir un permis du ministère de tutelle ».
Depuis le début de l’année, les garde-pêche ont relevé 296 cas de fraude, dont la plupart sont liés à l’utilisation de sennes illégales. Ont également été saisis des fusils de pêche sous-marine, des poissons undersized et toxiques et des tortues empaillées.