Dans le cadre du développement et de la gestion durable des pêcheries dans l’océan Indien, ainsi que pour assurer la sécurité alimentaire, la Food and agricultural organisation (FAO) des Nations Unies commence ses activités à Maurice lundi. Un projet financé par l’Union européenne à travers le programme Smartfish, dont une partie est mis en oeuvre par la Commission de l’océan Indien.
La première phase du programme a démarré en mars 2011 grâce à un soutien financier de l’Union européenne à hauteur de 21 millions d’euros au titre du 10e Fonds européen de développement. Le programme est mis en oeuvre conjointement par la COI et la FAO et cette première phase devrait prendre fin en 2013.
La COI a la responsabilité de lancer un cadre de bonne gouvernance pour des pêcheries durables dans la région, de développer des stratégies commerciales régionales et de mettre en oeuvre des initiatives commerciales ainsi que de développer un suivi / contrôle / surveillance efficace pour les ressources halieutiques transfrontalières.
L’équipe de la FAO travaillera sous la responsabilité de Mme Bodiguel. Celle-ci aura pour responsabilité de développer et de gérer le secteur et, par conséquent, d’assurer la sécurité alimentaire.
Le programme Smartfish a été mis en place en vue de répondre à la demande grandissante des ressources d’aquaculture et de pêcheries, des populations croissantes de 18 pays de l’océan Indien et de l’Afrique.
Smartfish soutient ce processus d’intégration à travers la mise en oeuvre d’une stratégie régionale de la pêche en facilitant la compréhension de ce qui se passe aujourd’hui ; en analysant les exemples pratiques et en tirant des leçons de ces expériences ; en identifiant les lacunes et les besoins actuels et futurs des principaux concernés ; en participant à un dialogue et au débat ; ainsi qu’en s’assurant qu’il y a une harmonisation des priorités stratégiques pour la gestion de la pêche, le commerce et la sécurité alimentaire.
Les 18 pays concernés par ce projet sont : le Burundi, les Comores, Djibouti, la République démocratique du Congo, l’Erythrée, l’Éthiopie, le Kenya, Madagascar, le Malawi, Maurice, le Rwanda, les Seychelles, la Somalie, le Swaziland, la République unie de Tanzanie, l’Ouganda, la Zambie et le Zimbabwe. L’Afrique du Sud, le Mozambique et La Réunion y participent également mais n’en sont pas bénéficiaires.