L’ex-enseignante du Mauritius Institute of Training and Development (MITD) Sudha Singh et la psychologue Pascale Bodet, poursuivies pour complot et usage de faux dans l’affaire de pédophilie alléguée au MITD, ont comparu hier devant la Cour de District de Rose-Hill. Les charges provisionnelles qui pesaient sur elles ont été rayées. Toutes deux ont signifié leur intention de poursuivre le ministre de l’Éducation Vasant Bunwaree.
Dans le cas d’allégation de pratiques pédophiles au MITD, la psychologue Pascale Bodet avait été traduite sous deux chefs d’accusation : “conspiracy” et “forgery”. Elle avait fait un rapport incriminant un enseignant à la suite de révélations d’une fille alors âgée de 14 ans. Après l’arrestation et l’inculpation provisoire de la psychologue, le Central CID s’était acharné sur l’ancienne Instructor Sudha Singh en vue de son arrestation. Celle-ci s’est retrouvée mêlée à cette controverse ébranlant le MITD, car la jeune étudiante s’était confiée à elle au sujet de relations avec un autre membre masculin du personnel du MITD. Après ces révélations, Sudha Singh n’a fait que référer le cas à la psychologue du MITD pour toute action nécessaire. À noter que la victime avait rencontré cinq autres personnes dans le cadre du même exercice. Elle a été arrêtée et provisoirement inculpée de complot et usage de faux. Sudha Singh, employée sous contrat depuis 2009 en tant qu’enseignante de Communication Skills, avait été licenciée à la fin de son contrat après qu’un comité disciplinaire ait disculpé l’enseignant soupçonné d’être mêlé dans cette affaire de pédophilie.
L’affaire a été appelée de nouveau devant la Cour de Rose-Hill hier et les charges provisionnelles qui pesaient contre elles ont été rayées. Toutes deux ont signifié leur intention de poursuivre le ministre de l’Éducation, Vasant Bunwaree, pour des propos tenus par ce dernier lors d’une conférence de presse organisée dans le cadre de l’affaire du MITD.