Le Dr Pascale Bodet arrêtée, vendredi, par le Central CID, relatif à l’affaire de pédophilie alléguée contre un enseignant incriminé – dit proche des ministres Bunwaree et Sheila Bappoo – a recouvré la liberté provisoire après sa comparution en cour de Rose-Hill. Elle a été traduite sous deux chefs d’accusation, à savoir « conspiracy » et « forgery. » La psychologue avait fait un rapport incriminant l’enseignant suite aux révélations de la fille alors âgée de 14 ans. Elle a dû fournir deux cautions de Rs 15,000 et Rs 10,000 et signer une double reconnaissance de dettes de Rs 100,000 chacune pour sa remise en liberté conditionnelle.
Après la résiliation du contrat de l’enseignante en Communication Skills, Sudha Singh, le 26 avril dernier, et la suspension de la psychologue du MITD, Pascale Bodet a été appréhendée par les limiers du CCID vendredi matin. Les limiers de la CCID ont procédé à son arrestation alors qu’elle se trouvait à son domicile à Coromandel. Le CCID enquête pour savoir qui est derrière la « fausse déclaration » contre l’enseignant soupçonné d’avoir eu des relations avec une élève. Lors d’une conférence de presse, le 19 avril dernier, après que l’enseignant ait été blanchi par le Fact Finding Committee (FFC), le ministre de l’Éducation Bunwaree avait expliqué que l’affaire de pédophilie n’était qu’un complot. Un comité disciplinaire devrait être institué contre la psychologue. Elle a été interrogée Under Warning au QG du Central CID à la mi-journée. Son homme de loi est Me Bhoyroo des Gavin Glover Chambers. Elle a ensuite comparu en cour de district de Rose-Hill. Elle répond de deux actes d’accusation, conspiracy et forgery. Du côté de l’association regroupant les professionnels en psychologie, c’est l’indignation. Les membres se disent choqués de constater qu' »une personne qui a fait son travail comme il se doit se retrouve dans cette situation. »