Six Petits États insulaires en développement (PEID) – soit Maurice, les Seychelles, les Comores, les Maldives, le Cap Vert et Sao Tomé-et-Principe – participent depuis hier matin à un atelier consacré à la gestion des ressources en eau. Organisé par le ministère de l’Énergie et des Services publics, en partenariat avec l’United Nations Operation Services et le Programme des Nations Unies pour le développement, l’atelier réuni quelque 30 participants.
Le but de ce séminaire est de rehausser les capacités des PEID en vue de mettre en oeuvre la Gestion intégrée des ressources en eau (GIRE) au niveau national. Tel est en tout cas l’objectif d’un atelier de formation des formateurs, qui s’est ouvert ce matin à l’hôtel Le Méridien, à Pointe-aux-Piments. Le séminaire durera jusqu’à vendredi.
L’accent sera mis sur la communication comme moyen efficace dans la planification et la mise en oeuvre de la GIRE. L’atelier sensibilisera ainsi les participants sur une stratégie de communication efficace.
Plusieurs présentations seront à l’agenda, notamment : introduction au concept de la GIRE; principes et approches de la GIRE; cadre politique de gouvernance et arrangements institutionnels; plans de travail de chaque pays; rôle de la communication dans la GIRE; utilisation des médias sociaux en vue d’augmenter la participation publique et le “feed-back” par rapport à la GIRE; et conception d’un plan de communication, entre autres.
Le projet de la mise en oeuvre de la GIRE dans les PEID a démarré en 2014 avec l’objectif d’assurer une fourniture durable en eau à travers l’efficacité de l’utilisation de l’eau dans les six PEID. Le projet comprend quatre volets. L’accent est également mis sur la mise en oeuvre des pratiques et politiques des meilleures pratiques dans la GIRE et l’efficacité de l’utilisation de l’eau. Le projet est basé sur les engagements politiques existants par rapport à la promotion durable de l’utilisation de l’eau et la gestion améliorée des ressources en eau, ce qui facilite le processus de faire face aux défis du futur en ce qui concerne la variabilité et le changement climatiques, qui ont un impact sur les ressources en eau.