Chez Jean-François Koenig, l’architecte a fait couler plus d’encre à Maurice ces dernières années que le peintre… Mais du 31 juillet au 6 août, le Hennessy Park Hotel invite le public à découvrir le classicisme assumé de cet artiste à travers 60 tableaux qu’il a tranquillement mitonnés pendant 16 ans lors de ses pérégrinations mauriciennes ou étrangères.
La dernière exposition de peintures de Jean-François Koenig remonte à 1999, et les peintures qu’il se propose de faire découvrir à partir du 31 juillet à l’hôtel Hennessy, à Ébène, ont été réalisées depuis lors, s’inspirant à la fois des paysages mauriciens qu’il apprécie le plus et de ceux qui l’ont particulièrement marqué lors de ses voyages à l’étranger. D’où le titre Voyager en tableaux qu’il a donné à son exposition qui montre quelque 60 tableaux, dont environ 40 % représentent des paysages extérieurs à Maurice, qu’ils soient français avec le Mont Saint-Michel qui vient d’être bloqué par les agriculteurs en colère, ou Paris, qu’ils soient chinois ou vietnamiens. « Je cherche la beauté », nous dit tout simplement notre interlocuteur qui apporte la définition suivante à cette démarche. « En fait, lorsque je représente un paysage, je cherche une vérité dans la peinture de sorte que le dessin, la palette des couleurs et la lumière créent une émotion forte ».
Pour ceux qui souhaitent tester leur sensibilité à ce style fait de rigueur et de subtilité, et voyager en regardant des peintures, ces tableaux sont essentiellement consacrés au paysage, avec souvent des scènes impliquant des personnages, où la finesse des couleurs renvoie effectivement à certains grands maîtres de la peinture classique. Parfois cependant, comme dans Le Morne — Face Sud, un tableau qui lui a valu la distinction internationale du BoldBrush en mars dernier, on sent une tendance impressionniste, voire même postimpressionniste, et l’on se demande si notre homme n’a pas une certaine prédilection pour Van Gogh.
Quand il n’est pas à sa table d’architecte, troquant l’équerre pour le pinceau et l’acrylique, il s’imprègne de ses sorties en plein air pour restituer la magie de la lumière. Jean-François Koenig hérite d’une lignée d’artistes avec une grand-mère et un père aquarellistes, et un grand-oncle qui lui a fait don de tous ses outils de peinture, le genre de cadeau qui laisse des traces…
En passant, Jean-François Koenig est aussi l’architecte qui a dessiné le seul immeuble de l’hémisphère sud ayant obtenu le BREEAM Certificate, un label international qui prend acte du caractère écologique de cette construction à la forme si futuriste : les bureaux administratifs de la MCB ramassés en un trait ovoïde agencé sur de grands pilotis, à Saint-Jean…